Pornhub a décidé de retirer la moitié des vidéos hébergées sur son site, quelques jours seulement après les révélations du New York Times

Le 4 décembre 2020, le New York Times publiait un article à charge contre Pornhub. Le site pornographique est en effet accusé de diffuser des vidéos pédopornographiques et de viols comme l’indique le quotidien new-yorkais : “beaucoup [de vidéos] montrent des abus perpétrés sur des enfants et de la violence non consentie”. Des révélations graves aux conséquences financières tragiques pour le site américain puisqu’elles ont entraîné une coupure des relations avec Visa et MasterCard. Cela signifie concrètement que les cartes de crédit affiliées à ses 2 groupes financiers ne pourront plus être utilisées sur Pornhub. Une décision terrible “pour les centaines de milliers de modèles qui comptent sur notre plateforme comme source de revenus” expliquait le site détenue par MindGeek. C’est la raison pour laquelle Pornhub a décidé, comme annoncé dans un communiqué officiel, de supprimer la moitié des vidéos de son catalogue…

À LIRE AUSSI: Pornhub balance un projet rap inédit pour les fêtes de Noël [Sons]

Pornhub fait le tri

Alors qu’il hébergeait initialement 13,5 millions de vidéos sur son site, Pornhub a décidé de serrer la vis, se retrouvant avec 8,8 millions de contenus suspendus dans l’après-midi du 13 décembre. Bon nombre d’entre eux ont finalement été remis en ligne sur la plateforme, qui en contient donc actuellement 7,2 millions, soit tout de même 2 fois moins qu’avant la polémique. Dans un communiqué de presse, l’entreprise explique ce changement brutal de politique : “La semaine dernière, nous avons adopté les garanties les plus complètes dans l’histoire de la plateforme. Nous avons interdit aux utilisateurs non vérifiés de publier de nouveaux contenus, éliminé les téléchargements et établi des partenariats avec des dizaines d’organisations à but non lucratif”. Pornhub fait donc une promesse : toutes les vidéos disponibles sur son site proviennent désormais de comptes vérifiés. La plateforme estime néanmoins que l’acharnement médiatique dont elle est victime depuis plusieurs jours est en grande partie dû au fait que son activité soit spécialisée dans la pornographie.Il est clair que Pornhub est ciblé non pas en raison de nos politiques et de la façon dont nous nous comparons à nos pairs, mais parce que nous sommes une plateforme de contenu pour adultes.” Les choses vont-elles rentrer dans l’ordre, pour l’un des sites les plus visités au monde, après les actions mises en place ? Rien n’est moins sûr…

Pornhub