Booba a réagi de manière hilarante à l’officialisation de la suppression du compte Twitter de Donald Trump, qui a vu ses réseaux se fermer un à un…

Alors que la fin de son mandat présidentiel arrive à grands pas et qu’il sera destitué de ses fonctions le 20 janvier (il a annoncé par ailleurs qu’il n’assisterait pas à la cérémonie d’investiture de son rival démocrate), Donald Trump a activé le mode “branle-bas de combat”. Le 6 janvier, le républicain avait appelé ses plus fervents supporters à venir par milliers manifester leur mécontentement à Washington. Une demande appliquée à la lettre par les pro-Trump qui se sont introduits dans le Capitole, l’une des plus hautes institutions du pays, entraînant la mort de 5 personnes, pour 15 arrestations. Un événement que bon nombre de réseaux sociaux ont décidé de sanctionner, à commencer par Twitter. La plateforme à l’oiseau bleu a tout bonnement pris la décision de supprimer le compte de l’actuel président, qui comptait pourtant 88,7 millions de followers, et quelques 56 000 tweets.Dans le contexte des événements horribles de cette semaine, nous avons clairement fait savoir mercredi que de nouvelles violations des règles de Twitter pourraient entraîner cette même ligne de conduite”, expliquait l’entreprise, ajoutant ensuite : “après un examen approfondi des récents tweets de @realDonaldTrump et le contexte qui les entoure, nous avons suspendu définitivement le compte en raison du risque de nouvelles incitations à la violence”. Pourtant Trump a bien essayé de contourner l’obstacle, en publiant des messages sur le compte Twitter officiel de la présidence américaine (le compte POTUS), puis sur un compte non-officiel de soutien à sa campagne, puis encore via la compte de son fils, mais à chaque fois ses tweets étaient supprimés. Une censure à laquelle a réagi Booba avec ironie…

twitter trump

À LIRE AUSSI: Booba s’apprête à dévoiler son nouveau réseau social ! [Photos]

Booba réagit avec humour

Outre Twitter, Facebook avait aussi bloqué le compte de Donald Trump pendant une durée de 24 heures, avant de finalement rallonger sa peine à “au moins 2 semaines”. Guy Rosen, porte-parole du réseau social expliquait à ce propos : “Il s’agit d’une situation d’urgence et nous prenons des mesures d’urgence appropriées, notamment en supprimant la vidéo du président Trump”. Une décision également justifiée par Mark Zuckerberg ce jeudi 7 janvier : “Les évènements choquants de ces dernières 24 heures prouvent que Donald Trump entend user du temps qu’il lui reste pour saper la transition pacifique des pouvoirs avec Joe Biden. […] Nous pensons que laisser le président utiliser nos services durant la période de transition représente un trop grand risque. […] Le contexte a changé. Nos plateformes ont été utilisées pour inciter à l’insurrection violente contre un gouvernement démocratiquement élu.” Booba a de son côté logiquement fait un parallèle avec son propre sort, puisque le rappeur a été banni à vie d’Instagram au mois de décembre. Sur Twitter, il a fait part de son soutien ironique à ce dernier. “@realDonaldTrump On se retrouvera mon gars. C’est des jaloux!!! #force”.

Les réseaux sanctionnent fort Trump

Mais le président sortant a aussi subi les foudres des autres réseaux dans leur globalité. Une première dont s’inquiète tout de même certains observateurs politiques, tant le pouvoir des GAFA est grandissant. Outre Twitter et Facebook, Instagram, Twitch, mais aussi Snapchat ont fait parler la censure. Instagram a gelé le compte de Trump pour une durée indéterminée, a minima jusqu’au 20 janvier, date de la passation de pouvoirs avec Joe Biden. Le compte Snapchat officiel du président américain, où il diffusait les contenus qu’il publie sur Facebook ou Twitter, a été suspendu jusqu’à nouvel ordre. A Snapchat de décider quand sera levée la sanction. L’utilisation de son compte avait déjà été réduite au moins de juin. La plateforme d’Amazon spécialiste de la diffusion de vidéos en direct a aussi suspendu le compte de Donald Trump pour une durée indéterminée. Alors que l’ancien président y diffusait essentiellement en direct meetings et conférences de presse, la société  a déclaré : “Au vu des circonstances exceptionnelles et de la rhétorique incendiaire du président, nous pensons qu’il s’agit d’une mesure nécessaire pour protéger nos communautés et empêcher Twitch d’être utilisé pour inciter à d’autres violences”. Comme pour Instagram, il se décidera du futur de Trump sur la plateforme après la passation de pouvoir du 20 janvier. Du côté de YouTube, si le compte du Trump n’a pas été suspendu, la vidéo de la prise de parole de ce mercredi 6 janvier au soir a été supprimée. Une décision qui a entraîné la modification de la politique de modération de la plateforme de streaming vidéo. Il n’est plus possible d’y contester les résultats des élections présidentielles américaines sous peine de recevoir un “strike” (soit une suspension d’une semaine). Il faut savoir que 3 “strikes” en 90 jours entraînent la suppression de la chaîne. Enfin la plateforme Shopify, qui permet d’ouvrir des boutiques en ligne avait décidé de fermer 2 shops associés à Trump et son comité de campagne et à la Trump Organization : TrumpStore.com et shop.donaldjtrump.com. Il n’est plus possible d’acheter les produits dérivés (T-shirts, casquettes…), souvent siglés Make America Great Again ou Trump 2020. D’autres boutiques sont toutefois restées ouvertes. Et alors que tous les réseaux sociaux semblent actuellement lui tourner le dos, définitivement ou pour une durée indéterminée, Trump pourra toujours se tourner vers Booba qui l’accueillera peut-être sur Yo2, sa nouvelle plateforme qui devrait voir le jour en mars 2021