L’avocat de Lil Wayne a démenti les rumeurs selon lesquelles l’artiste aurait apporté son soutien à Trump de manière intéressée…

Au mois de décembre 2019, les forces de l’ordre découvraient une arme de poing de calibre .45 lors d’une perquisition dans le jet privé de Lil Wayne. Des balles, de la cocaïne, de l’ecstasy, de l’héroïne, de l’oxycodone et 25 938 dollars en espèces avaient également été interceptés. Suite à cette saisie, le rappeur avait alors plaidé coupable des charges retenues contre lui, dont celle de possession illégale d’arme à feu en tant qu’ancien criminel, lors de sa comparution au tribunal. Jouant très gros, Tunechi risquait jusqu’à 10 ans de prison. Toutefois, l’interprète de Lollipop a pu échapper à sa sentence ce mercredi 20 janvier, en obtenant, à l’instar de 142 autres personnes, la grâce du président sortant Donald Trump durant les toutes dernières heures de son mandat. L’ancien président a ainsi gracié 73 personnes, dont Weezy et Kodack Black, et commué les peines de 70 autres.

À LIRE AUSSI: Kodak Black et Lil Wayne ont bien été graciés par Donald Trump

Aucun lien avec son soutien

Suite à cette grâce, nombreux sont les internautes et autres médias à avoir vu un éventuel rapprochement entre le soutien médiatique qu’il a apporté à Donald Trump pendant la campagne présidentielle américaine et la peine qu’il encourrait. Pour rappel, Weezy avait posté une photo avec Trump à la fin du mois d’octobre, expliquant s’être entretenu avec le républicain et incitant concrètement sa communauté à voter pour lui. Une prise de partie qui avait créé un véritable tollé sur les réseaux sociaux, provoquant la colère de nombreux fans. Brad Cohen, avocat de Lil Wayne, a reconnu que si cela a peut-être contribué à la décision de grâce, ce n’est pas pour cette raison que l’artiste a soutenu Trump pendant sa campagne de réélection. D’après lui, c’est la relation entre les 2 hommes qui a fait pencher la balance. “Je pense qu’ils avaient un lien très fort”, a précise l’hommme loi.

Kodak Black remercie Trump

Faisant également partie de la liste des personnes graciées, Kodak Black a lui aussi tenu à saluer le président Trump pour cet acte hautement important. “Je veux remercier le président @RealDonaldTrump pour son engagement en faveur de la réforme de la justice et de la réduction de ma peine”, a-t-il confié sur Twitter. “Je veux aussi remercier tous ceux qui m’ont apporté leur soutien et leur amour. Vous n’avez pas idée de ce que cela signifie pour moi. Je veux continuer à donner en retour, à apprendre et à grandir.” Le rappeur de 23 ans purgeait une peine de 46 mois pour falsification de documents en vue d’obtenir une arme à feu… Mais les soucis ne semblent pas terminés par Kodak Black. En effet, selon un média ricain spécialisé dans les affaires de justice, Courthouse News, le rappeur floridien risque d’être exposé à une nouvelle procédure, cette fois pour une affaire d’agression sexuelle datant de 2016 ! Un avocat du comté de Florence, Ed Clements, a fait savoir qu’il souhaitait poursuivre l’artiste devant les tribunaux d’état de Caroline du Sud. Sachant que la grâce présidentielle fonctionne pour des affaires fédérales, et qu’il s’agit ici d’un dossier suivi à un niveau étatique, la décision de Trump n’aura pas d’effet. Ça serait le début d’un nouveau procès, pour une affaire de mœurs cette fois, et donc plus grave encore pour l’auteur du hit, Zeze.