Face au risque de voir les meilleurs clubs européens – et donc la plupart des meilleurs joueurs du monde – se regrouper dans une Superligue Européenne, un projet qui continue d’être étudié, la FIFA a décidé de passer à l’attaque.

Evoqué depuis plusieurs années maintenant, le projet très contesté de Superligue Européenne, qui réunirait les meilleurs clubs du Vieux-Continent et viendrait donc annihiler la Ligue des Champions, continue de faire son chemin. A l’image du FC Barcelone, plusieurs clubs auraient ainsi déjà accepté d’intégrer cette nouvelle compétition si elle venait à se concrétiser, ce qui fait évidemment peur aux différentes ligues nationales de football ainsi qu’à l’UEFA, et par l’extension à la FIFA. Et justement, l’organisation qui régit le football mondial a décidé de passer à l’attaque en menaçant sur plusieurs points les clubs et surtout les joueurs qui participerait à  ce nouveau championnat potentiellement composé de 15 gros clubs de façon fixe (5 anglais, 3 espagnols, 3 italiens, 2 allemands et 1 français) et de 5 équipes tournantes.

À LIRE AUSSI: Ligue des Champions : une réforme de la compétition étudiée par l’UEFA

La FIFA ne soutiendra pas le projet

Contrairement à ce que certains médias affirmaient ces dernières semaines, la FIFA a donc décidé de s’opposer à ce projet. Dans un communiqué incluant également les 6 confédérations du football mondial (UEFA, CAF, Conmebol, AFC, Concacaf, OFC), elle affirme que la compétition ne sera pas reconnue et qu’elle n’hésitera pas à bannir de ses compétitions les joueurs et les clubs qui y participeraient : “Tout club ou joueur impliqué dans une telle compétition se verrait par conséquent interdire de participer à toute compétition organisée par la Fifa ou les confédérations”. En clair, les joueurs des équipes en lice dans cette Superligue Européenne n’auront pas l’autorisation de disputer la Coupe du Monde, tout comme les compétitions continentales telles que l’Euro, la Copa America ou la Coupe d’Afrique des Nations. Une menace qui va forcément peser dans les négociations entre les clubs intéressés et leurs joueurs, dont le rêve est justement bien souvent de représenter leur pays au plus haut niveau. Autant dire que ce projet, qui doit voir le jour d’ici à 2024, est encore très loin d’être finalisé…