Rappeur underground évoluant sur la scène rap d’Atlanta, le jeune 6 Dogs a choisi de mettre fin à ses jours après avoir lutté contre la Covid-19…

“6 millions ways to die, choose one…”, rappait Cutty Ranks en 1996. XXXTentacion avait 20 ans, Pop Smoke avait 21 ans tout comme Juice WRLD et Lil Peep, ils sont tous partis avant, ou à l’âge de, la majorité aux Etats-Unis. Si certains sont morts sous les balles, d’autres victimes d’overdose, dans le cas de 6 Dogs, c’est un suicide. Dans tous les cas, ils ont finalement été emportés par leurs excès (de violence, de drogues ou d’idées sombres). Chase Amick, rappeur tout juste âgé de 21 ans, qui évoluait encore sur la scène underground d’ATL, a mis fin à ses jours ce mardi 26 janvier au matin. S’il était dépressif, il a aussi lutté contre le Coronavirus. Infecté il y a quelques mois, il luttait contre des maux de tête incessants. Seulement 190 000 followers sur Instagram et une seule vidéo encore en ligne, dont la section commentaire s’est remplie de messages d’hommage et de “R.I.P.” au fur et à mesure de la journée…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @6dogsgnarly

Un parcours à l’ombre du succès

Artiste qui avait pour le moment choisi d’évoluer dans l’ombre du rap bizness, Amick a commencé à rapper en se cachant des siens et de son foyer très ancré dans la religion chrétienne, enregistrant ses 1ers morceaux chez son pote Tommy. Fan de Kanye West et d’A$AP Rocky, son nom commence à circuler en 2016 quand il décide de s’aventurer sur SoundCloud en postant ses 1ères créations. Et c’est avec le titre Faygo Dreams qu’il gagne en notoriété quand le clip dépasse la barre des 14 millions de vues sur YouTube, suivi de Flossing qui atteint les 7 millions de vues. Un clip tourné dans le sous-sol de la maison de ses parents avec un iPhone. Il avait alors été approché par Interscope Records.

6 Dogs – Faygo Dreams :

6 Dogs – Hi-Hats & Heartaches :

Dans un entretien accordé à The Masked Gorilla, 6 Dogs avait évoqué son éducation religieuse et son enfance : “Mes supers parents chrétiens, et tous leurs amis, sont très religieux et tout, et j’ai aimé mon enfance mais nous pratiquions l’école à la maison, et ce genre de trucs. Je les aimais, c’était tellement amusant, on faisait des trucs dans les bois, on fabriquait des châteaux, genre en Lego, et des trucs comme ça. On était pas du genre à juste regarder la télé, ou des trucs comme ça. Je lisais des livres, et je faisais des choses censées développer ma créativité.” Pourtant, si Amick savait se montrer heureux et équilibré, il y avait tout un aspect de sa personnalité qui était bien plus sombre. Il était dépressif. Et alors qu’il préparait la sortie de son nouvel album en novembre 2020 en le teasant sur Twitter (mais reporté à cause de son état après avoir choppé la Covid-19), son dernier tweet était une capture d’écran d’un message d’un certain Ray Daniels qui demandait à ceux qui avaient des amis dans l’industrie de veiller sur eux. Le texte explique que le milieu de la musique est compliqué et stressant, conditionnant des sentiments partagés, heureux et accomplis un jour, en pleurs et au bord du suicide le lendemain. Un message prémonitoire, qui faisait bien allusion à l’état fragile et dépressif des artistes, un état dans lequel était déjà 6 Dogs en plus d’être affaibli par le virus.

Et tandis qu’il laisse derrière lui ses parents et sa sœur, les messages en hommage à 6 Dogs ont commencé à être postés sur les réseaux, ceux du réalisateur Cole Bennett (dont il était proche) en tête, tous saluant le jeune artiste. R.I.P.