Tandis qu’il semblait sur le point de prolonger au début de la saison, André Villas-Boas a confirmé en conférence de presse son probable départ de l’Olympique de Marseille en fin de saison.

Ce n’est pas une nouveauté, les choses vont très vite dans le football, et André Villas-Boas va en faire les frais. Apprécié par les supporters, celui qui a permis à l’OM de retrouver la Champion’s League cette saison semblait destiné à prolonger son contrat il y a quelques mois, alors que son bail se terminera à l’été 2021. Néanmoins, les résultats mitigés en Championnat et l’humiliation vécue par les Olympiens lors de la phase de groupes de la Ligue des Champions, ainsi que la mauvaise ambiance qui règne dans le vestiaire ont visiblement eu raison de la patience des dirigeants. Ces dernières semaines, la presse marseillaise affirmait même que le directeur sportif du club Pablo Longoria avait sondé l’ancien coach du Barça Ernesto Valverde – qui a depuis décliné – pour remplacer très rapidement Villas-Boas.

À LIRE AUSSI: Ligue 1 : Lyon remporte le Derby, Villas-Boas renvoyé par l’OM ?

AVB confirme la nouvelle…

Présent ce vendredi matin en conférence de presse, l’entraîneur portugais de 43 ans a donc très probablement scellé son sort – à moins d’un énorme retournement de situation – en confirmant son départ en fin de saison, à l’issue de son contrat : “Est-ce que ce sera terminé en juin ? Avec la situation actuelle, je pense que oui. Ce sera une année zéro pour le club la saison prochaine. Je pense qu’on est tous d’accord sur ce chemin-là (…) On parle clairement de ça dans le vestiaireIl y a beaucoup de coachs qui sont en fin de contrat. On doit être pros. Après ça ne dépend pas de moi, je n’ai jamais reçu une offre de prolongation. On est le 29 janvier, je pense que c’est mort. Mais l’important c’est de retrouver la victoire. La priorité ce n’est pas moi, c’est l’OM et les supporters. Si le discours paraît très négatif, certains pourrait malgré tout y voir les prémices d’une possible vente rêvée par tant de supporters qui en veulent énormément au propriétaire, Franck McCourt, ainsi qu’au président du club Jacques-Henri Eyraud, coupables selon eux d’avoir menti sur le projet sportif.