Tandis que ce samedi, plusieurs supporters mécontents de l’OM ont envahi le centre d’entraînement du club olympien, le président Jacques-Henri Eyraud a annoncé qu’il allait déposer plainte contre les auteurs de ces actes violents.

Le week-end fut définitivement très agité du côté de Marseille. Samedi, alors que l’OM devait affronter Rennes au Stade Vélodrome quelques heures après, une cinquantaine de supporters en colère ont fait irruption dans le centre d’entraînement Robert-Louis Dreyfus avec l’envie d’en découdre. Parmi leurs cibles, Dimitri Payet, le capitaine, et surtout Jacques-Henri Eyraud, président du club et que beaucoup désignent comme le  principal responsable de la situation sportive de l’OM. Si de nombreux dégâts matériels ont été recensés, un arbre a aussi pris feu au contact d’un fumigène, impliquant l’intervention de pompiers. Et tandis que la police procédait à 25 interpellations, la Ligue de Football Professionnel annonçait le report du match en raison d’un projectile lancé – visiblement par erreur – sur le défenseur Alvaro Gonzalez.

Une communication exécrable

Si fort logiquement, cet acte violent a largement été condamné, la communication de Jacques-Henri Eyraud a sans doute encore ajouté de l’huile sur le feu. Ce dimanche matin, dans l’émission Téléfoot, il annonçait le dépôt de plusieurs plaintes afin de sanctionner les responsables en apparaissant devant des portes brisées. Le soir-même, dans le Canal Football Club, il affirmait également en avoir marre de l’OM “du KO (…), des magouilles, de la chronique judiciaire”, une petite phrase qui ne passe pas auprès d’une très grandes majorité de supporters. La tension ne risque donc pas de redescendre, d’autant que les Marseillais doivent accueillir le PSG dimanche prochain, une rencontre au cours de laquelle les joueurs vont devoir sérieusement se mettre au travail s’ils ne veulent pas subir à nouveau la colère des supporters.

À LIRE AUSSI: OM : André Villas-Boas confirme son probable départ en fin de saison