Tandis que sa femme et lui sont accusés par une ancienne amie de trafic sexuel et de viols, T.I. a nié les faits à travers une vidéo publiée sur Instagram, dénonçant des accusations “répugnantes”.

C’est une affaire très grave dans laquelle T.I. et  son épouse Tameka Harris se retrouvent impliqués. Ces derniers jours, une ancienne amie du couple, Sabrina Peterson, a d’abord accusé le rappeur d’Atlanta d’avoir pointé un pistolet sur elle il y a quelques années, devant des enfants, alors même qu’elle se disputait avec l’une des assistantes de T.I. Des accusations rejetés par le couple via un message publié sur Instagram, mais qui ont visiblement déclenché une vague de témoignages visant Tip et recueillis par cette même ancienne amie du couple. Cette dernière a ainsi publié anonymement plusieurs messages affirmant que T.I. et son épouse organisaient depuis plusieurs années un trafic sexuel impliquant de nombreux filles, dont certaines expliquent qu’elles étaient mineures au moment des faits.

Les participantes à ces soirées, organisées depuis de longues années dans des hôtels ou à leur domicile, étaient droguées puis violées par T.I. et plusieurs autres hommes, tandis que Tameka, qui est désignée comme l’organisatrice de ces évènements et auraient appâtée de nombreuses victimes, prenaient de temps à autre part à ces ébats. Certaines affirment également avoir attrapé des MST lors de ces soirées, pendant que d’autres auraient frôlé l’overdose. Autant d’accusations particulièrement graves qui ont évidemment poussé le principal intéressé à prendre la parole afin de se défendre, alors que son nom et celui de sa femme sont au coeur des discussions sur les réseaux sociaux.

À LIRE AUSSI: T.I. et sa femme accusés de trafic sexuel et de viols

La mise au point de T.I.

Dans une vidéo de plus de 8 minutes publiée sur Instagram, T.I. a donc pris la parole afin de dénoncer des accusations “répugnantes”, lisant notamment un communiqué rédigé par l’un de ses représentants. Il explique – sans la citer – que Sabrina Peterson, qui a déclenché ces affaires, avaient des intentions “démoniaques” : “Les femmes ayant été victimes méritent d’être entendues. (…) elles devraient être supportées, protégées, défendues. Pourtant, le mal n’a pas de genre. Les gens mauvais n’ont pas de genre. Les menaces sont de toutes les formes et tailles. Je ne traiterai jamais une femme de la même manière que je traiterai une menace”.

Il poursuit en affirmant vouloir préserver son intimité, tout en expliquant que ni sa femme, ni lui, n’avait jamais abuser de personne : “Ce qu’on ne va pas faire c’est laisser tout le monde se mêler de ce qui se passe dans notre chambre. Personne ne devrait avoir à donner son opinion sur ce qu’on peut ou ne pas faire. Tout ce qu’on a fait, c’est entre adultes consentants, qui s’intéressent à ce à quoi on s’intéresse et qui aiment ce qu’on aime. Si on veut quelque chose, on sait exactement où aller pour l’obtenir (…)  Nous n’avons jamais forcé personne, nous n’avons jamais drogué quelqu’un contre sa volonté, nous n’avons jamais retenu quelqu’un contre sa volonté, nous n’avons rien fait. Nous n’avons jamais fait de trafic sexuel. Nous n’avons jamais violé personne. Evidemment, au vue de la gravité des accusations, cette affaire risque de prendre très rapidement un tournant judiciaire…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par TIP (@troubleman31)