Tandis que ce week-end, 2 agents du FBI ont été abattus en Floride, Kodak Black a proposé de payer les frais de scolarité de leurs enfants.

Le dernier passage de Kodak Black en prison semble définitivement l’avoir changé. Il faut dire que le rappeur natif de Pompano Beach, en Floride, a vécu un peu plus d’une année et demi très difficile suite à son incarcération puis sa condamnation dans une affaire de falsification de documents officiels. Dès lors, il ne cessera de se plaindre des nombreuses violences physiques et morales dont il prétendait être victime, aussi bien en Floride que dans le centre pénitentiaire de Big Sandy, dans le Kentucky, affirmant même craindre pour sa vie. Finalement, courant janvier, Kodak a eu la chance de bénéficier d’une grâce présidentielle offerte par Donald Trump, au même titre que Lil WayneEt s’il pourrait de nouveau avoir à faire avec la justice de l’Etat de Caroline du Sud dans une affaire de viol, le rappeur semble profiter de sa liberté pour se refaire une image.

À LIRE AUSSI: Libre, Kodak Black remercie Donald Trump

Un bau geste après la mort de 2 agents du FBI

La semaine dernière, 2 agents du FBI, Laura Schwartzenberger et Daniel Alfin, ont été abattus (tandis que 3 autres ont été blessés) alors qu’ils intervenaient chez un homme suspecté d’être impliqué dans une vaste affaire de pédophilie et de pédo-pornographie dans la ville de Sunrise, en Floride. Une affaire qui a visiblement fait réagir Kodak Black, qui, selon TMZ, a proposé aux familles des victimes de prendre en charge les frais de scolarité de leurs enfants (Alfin avait un enfant de 3 ans, Schwartzenberger en avait 2, âgés de 4 et de 9 ans). Le média américain précise tout de même que les familles n’ont pas encore répondu à cette proposition relayée par Bradford Cohen, l’avocat de Kodak, qui possède un ami au bureau du FBI à Miami. Une belle preuve de solidarité de la part du rappeur, qui a déjà offert 150 000 dollars à différentes oeuvres de charité oeuvrant notamment pour l’éducation d’enfants défavorisés ou les petites entreprises souffrant de la crise liée à la Covid-19. Il a également dévoilé plusieurs morceaux inédits, Last Day ou Every Balmain, dans lesquels il évoque justement sa vie après la prison.