3 mois après la rencontre entre le PSG et Istanbul Basaksehir, l’enquêteur disciplinaire de l’UEFA affirme qu’il n’avait pas constaté de propos racistes de la part du 4ème arbitre. La décision de sanctionner ou non ce dernier est désormais entre les mains de la commission de discipline.

Initialement programmée au 8 décembre, la rencontre entre le PSG et le club d’Istanbul Basaksehir avait finalement été disputée le lendemain après avoir été interrompue pour un cas inédit. Pierre-Achille Webo, ancien international Camerounais et aujourd’hui entraîneur adjoint du club Turc, affirmait avoir été victime de racisme de la part du 4ème arbitre Roumain du match, Sebastian Coltescu. Très énervé, Webo avait immédiatement reçu le soutien de la totalité des joueurs, qui réclamaient que le mis en cause soit remplacé, avant que l’UEFA ne choisisse finalement de décaler la rencontre de quelques heures. Dans le même temps, la fédération qui régit le football européen avait lancé une enquête afin d’établir les responsabilités dans cette affaire.

À LIRE AUSSI: La rencontre PSG-Istanbul interrompue en raison d’un cas de racisme !

Pas de racisme selon l’enquêteur ?

Invité à rendre son rapport ce jeudi, l’enquêteur disciplinaire de l’UEFA a conclu qu’il n’avait pas constaté de propos racistes de la part de l’arbitre, après avoir consulté les différents enregistrements à disposition. Evidemment, la commission de discipline de l’UEFA pourrait malgré tout sanctionner l’arbitre, qui avait effectivement défini Webo par sa couleur de peau à l’arbitre central (employant le terme de “negru”, noir en roumain), comme plusieurs médias l’avaient démontré à l’époque. Et justement, un jugement devrait être rendu d’ici 2 à 3 semaines selon le journal L’Equipe, notamment après avoir entendu le principal incriminé.

À LIRE AUSSI: PSG-Istanbul BB : le match reprogrammé, l’UEFA pointé du doigt