Une phrase de Kery James a été étudiée par une classe de terminale dans un lycée d’Abidjan, en Côte d’Ivoire…

Si les mœurs évoluent et semblent aujourd’hui laisser autant, voire plus, de place à la forme qu’au fond, le rap a historiquement toujours accordé une grande place à l’écriture, et au sens des textes. Quoi de plus gratifiant donc pour un artiste issu de ce mouvement culturel que d’être étudié pour sa plume. Si Booba avait vu ses lyrics analysés par Thomas Ravier dans la très sérieuse Nouvelle Revue Française dès 2003, d’autres textes de Mc’s ont rejoints les manuels scolaires, afin d’être étudiés en cours aux lycées, ou dans de grandes écoles… Lyriciste émérite, Kery James a eu l’honneur de voir l’un de ses vers étudiés par les élèves de terminale du lycée Classique d’Abidjan, en Côte d’Ivoire. Voici la citation en question : “Je m’écris […] car l’écriture sans âme n’est que lettres”. Cette dernière est extraite du morceau Je m’écris en collaboration avec Zaho et Grand Corps Malade (2008). Il semblerait toutefois qu’elle ait donnée du fil à retordre aux étudiants. Comme l’a montré l’ancien membre d’Idéal J sur Facebook, l’un d’entre eux lui a envoyé un message, expliquant avoir “souffert” de cette dissertation…

À LIRE AUSSI: Népal et Nekfeu : leur morceau étudié dans un manuel scolaire allemand

Les explications de Kery James

Le rappeur de 43 ans a donc tenu à répondre sur Facebook aux différentes “’plaintes’ des jeunes du Lycée Classique d’Abidjan qui n’ont pas compris le sens de la phrase”. Venu à leurs rescousses, il s’est exprimé sur la signification de son texte : “Le sens global est qu’un écrit dans lequel l’auteur ne met pas un peu de sa personne, de son âme, de son ‘être’, ne sera qu’une succession de ‘lettres’. Soit un texte sans profondeur, sans émotions, sans émoi.Toujours porteur d’espoir et de courage, que ce soit au travers de ses morceaux ou de ses prises de paroles, l’interprète de Lettre à la République a ensuite adressé un message aux étudiants, laissant entendre que son association A.C.E.S, qui distribue des bourses à des étudiants, pourrait s’exporter en Afrique :  “Je vous souhaite le meilleur et promets de venir vous visiter si l’occasion m’est donnée de me rendre à Abidjan. Et je n’oublie pas l’Afrique en ce qui concerne L’ACES, j’ai juste besoin de temps. Courage et Persévérance”. Pour rappel, Népal et Nekfeu avaient également vu leur morceau En Face étudié dans un manuel scolaire allemand. Preuve que notre rap français s’exporte très bien à l’international…

Kery James feat. Zaho & Grand Corps Malade – Je m’écris :