Le procès du policier de Minneapolis, Derek Chauvin, accusé du meurtre au 2nd degré sur la personne de Georges Floyd, mais aussi d’homicide involontaire, devait initialement se tenir lundi 8 mars.

Après de longs débats sur la nature des faits et des charges pesant sur le prévenu, le juge en charge du dossier, Peter Cahill, a annoncé lundi le report du procès de Derek Chauvin. Alors que la mort de Georges Floyd, étouffé pendant 9 min par le genou du prévenu, avait autant ému que choquer le monde entier, l’officier de police de 44 ans (dont 19 au service de la police de Minneapolis), s’était vu être remis en liberté le 7 octobre 2020, en échange d’une caution s’élevant à un million de dollars. Il s’est néanmoins, et heureusement, présenté devant le tribunal de Minneapolis, qui, ce même jour du lundi 8 mars, devait sélectionné les jurés : “Les jurés potentiels sont là, mais soyons réalistes, on ne va pas commencer la sélection avant au moins demain”, a déclaré le juge Peter Cahill lundi, en raison d’incertitudes sur les charges. Un 3ème chef d’inculpation, lié à des “violences volontaires ayant entraîné la mort”, pouvait faire l’objet d’un ultime recours… Malgré ce report, un souhait émis par la défense, Derek Chauvin risque toujours la prison à vie, et ce mardi a bien débuté la sélection des jurés…

“Justice pour George Floyd et toutes les vies volées”

Et alors que le juge Peter Cahill ouvrait le procès, l’interrogatoire des jurés potentiels a donc débuté. Une étape qui doit durer 3 semaines. Leur nom devra rester secret, et les caméras qui filment les audiences devront les garder hors-champ, pour éviter tous risques en raison des pressions qui pèsent sur eux. Le 29 mars commencerons alors les débats de fond… Si le verdict doit être rendu avant la fin du mois d’avril, les 3 autres policiers impliqués dans le drame, Alexander Kueng, Thomas Lane et Tou Thao, seront jugés ensemble en août pour “complicité de meurtre”.

À LIRE AUSSI: Etats-Unis : George Floyd meurt suite à son arrestation très violente par la police [Vidéo]

La crainte d’un acquittement ?

Lundi 8 mars, de nombreux citoyens de la grande ville du nord des Etats-Unis s’étaient donnés rendez-vous devant le tribunal, afin de montrer à la justice, en laquelle ils ne croient plus vraiment, que, même 10 mois après les faits, la lutte pour l’égalité et contre le racisme continue. Un combat que beaucoup n’imaginent plus gagner en réalité. C’est ce que Michael craint, comme il l’a confié à nos confrères de RFI : “Je ne m’attends pas à ce que justice soit rendue. Quand il s’agit des Noirs, notre système judiciaire n’est jamais cohérent. Dans cette affaire, Derek Chauvin va s’en tirer. Parce que c’est presque toujours comme cela que cela se passe aux Etats-Unis”. A l’occasion de ce procès sous haute tension, le tribunal de Minneapolis a jugé judicieux de renforcer la sécurité au maximum. Des fils barbelés et d’immenses grilles en fer encerclent le tribunal de justice.