En plein divorce avec sa femme, Dr. Dre a vu la dernière plainte, déposée par Nicole Young à son encontre, être rejetée par la justice…

Fin février, le producteur Dj Silk sortait en avant-première un morceau en featuring avec Dr. Dre et KXNG Crooked. Un son dans lequel l’interprète de Still D.R.E rappe à propos de son récent divorce très médiatisé avec Nicole Young, ainsi que de son hospitalisation après un anévrisme cérébral en janvier. Dans l’extrait qui circule, le co-fondateur d’N.W.A n’y va pas de main morte concernant sa future ex-femme : “Elle essaye de me tuer avec ces mensonges et ces parjures […] je te vois essayer de me faire l’amour pendant que je suis en chirurgie […] t’es une salope gourmande, prend donc une photo, meuf, tu sais comment faire de l’argent”. Des propos durs de la part d’un des pionnier du gangsta rap auxquels la principale concernée a réagi en portant plainte, suggérant qu’elle avait peur pour sa sécurité après que ce son ait été droppé. Selon le média people TMZ, Nicole Young aurait demandé une ordonnance urgente pour violence domestique, au cas où ces lyrics portaient à conséquence. Chose qui a été rejetée par la juge pour “manque de preuves”. 

Dj Silk feat. Dr. Dre – Greedy Bitch :

À LIRE AUSSI: Dr. Dre règle ses comptes avec son ex-femme dans un nouvel extrait

Un divorce des plus houleux

De son côté, Dr Dre s’est défendu en récusant les accusations de “violences domestiques, et en expliquant qu’il n’avait vu Nicole qu’une seule fois depuis qu’elle avait demandé le divorce en juin 2020. En effet, Nicole Young lui aurait rendu visite seulement à une occasion, lorsqu’il était hospitalisé après ce fameux anévrisme cérébral. Selon ses dires, il n’y aurait jamais eu d’autres contacts entre le couple. Avant cela, un juge avait déjà rejeté plusieurs demandes des avocats de Nicole Young, à savoir, avancer une date d’audience, ou de multiples requêtes à propos de la pension alimentaire ou d’avances (pour payer les frais du procès notamment) qu’elle demandait à Dre… Seule une requête fut acceptée après négociation, celle permettant à la future ex-compagne du beatmaker d’empocher 2 millions de dollars. L’ancien patron de Death Row Records a aussi fini par confier, que depuis le début de cette procédure, il avait : “réalisé, qu’il n’avait en fait aucune idée de qui était réellement la femme avec qui il s’était marié, et qu’il n’avait plus rien à voir n’y à faire avec elle”.

Mother X Motherfucker