En marge de la diffusion du documentaire de Marie Portolano Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste sur Canal+, le média Les Jours affirme que la chaîne cryptée a censuré plusieurs passages dans lesquels Pierre Ménès était accusé d’atteintes sexuelles.

Ce dimanche soir, avant la rencontre opposant Lyon au PSG – qui a vu la victoire des Parisiens 4 buts à 2 -, Canal+ diffusait un reportage intitulé Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste et co-réalisé par Marie Portolano. Cette dernière est allée à la rencontre de nombreuses journalistes sportives, qui ont pu témoigner du sexisme qu’elles ont vécu au cours de leur carrière. Réflexions sur leurs compétences ou leur physique, pressions morales ou allusions sexuelles, chacune des participantes a ainsi fait part de son expérience, témoignant des dérives parfois graves d’un milieu largement masculin. Un reportage qui portait évidemment un message très fort mais a visiblement été amputé de quelques minutes…

Pierre Ménès protégé par Canal+ ?

Selon les information du média Les Jours, Canal+ aurait ainsi censuré plusieurs passages du reportage afin de protéger Pierre Ménès, qui avait déjà été accusé de racisme ou d’homophobie dans le passé. Le 1er voyait Marie Portolano prendre elle-même la parole afin de raconter une atteinte sexuelle grave qu’elle a subi dans le passé, puisqu’à l’issue d’une émission du Canal Football Club, Pierre Ménès a tout simplement levé la jupe de la journaliste avant de lui toucher les fesses. Tandis qu’elle explique avoir répliqué par une claque avant d’annoncer qu’elle déposerait plainte, elle ajoute que la chaîne était parvenu à étouffer l’affaire. Dans cette lignée, les dirigeants de Canal ont également coupé un second passage dans lequel Pierre Ménès était directement confronté à ces faits mais plaidait l’incompréhension, tout en expliquant ne pas s’en souvenir. Enfin, un 3ème passage, dans lequel la journaliste Isabelle Moreau fondait en larmes en revoyant une séquence du Canal Football Club au cours de laquelle elle était embrassé de force par Ménès, a également été supprimé par le diffuseur. Espérons que ces faits, désormais connus de tous, puissent aboutir à une mobilisation afin que des sanctions à la hauteur de la gravité de ces actes soit donnés à un journaliste déjà largement remis en cause depuis de nombreuses années…

À LIRE AUSSI: Pierre Menès sévèrement taclé après ses propos sur le racisme…