Homme d’affaire averti disposant d’une fortune largement supérieure au milliard de dollars, Michael Jordan a néanmoins connu une année 2020 très compliquée puisque l’ancienne star des Chicago Bulls aurait perdu près de 500 millions de dollars…

L’année 2020 ne restera clairement pas comme un bon cru sur le plan du business pour Michael Jordan. Comme l’a rapporte ces dernières heures le magazine Forbes, MJ a en effet subi de plein fouet la crise sanitaire mondiale, et aurait ainsi perdu près de 500 millions de dollars. Une somme qui représente 24% des actifs de l’ancien numéro 23 des Bulls, ce qui a provoqué une diminution de sa fortune personnelle passée de 2,1 milliards de dollars au début de l’année 2020 à 1,6 milliard aujourd’hui. Une grosse perte justifiée en partie par une baisse des ventes de ses sneakers en raison de la Covid-19, mais surtout par de nombreux investissements hors du basket. Jordan n’a pas non plus hésité à faire un don record de 100 millions de dollars en faveur d’associations luttant pour l’égalité raciale aux Etats-Unis, à la suite de la mort tragique de George Floyd à Minneapolis.

Une perte rapidement comblée ?

Evidemment, cette perte importante est un mauvais coup pour Michael Jordan, qui va évidemment espérer que la situation sanitaire s’améliore et que ses nouveaux placements s’avèrent rapidement rentables. Malgré tout, il reste l’athlète le plus riche du monde à l’heure actuelle et figure toujours dans le classement des 500 américains les plus riches, ainsi que celui des 1 500 les plus fortunés de la planète. Il n’y a donc pas de raison d’être plus inquiet que cela pour celui qui est souvent considéré comme le plus grand basketteur de tous les temps, et qui possède l’assurance de disposer d’importants revenus chaque année grâce à sa collaboration avec Nike. La marque à la virgule génèrerait ainsi près de 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel, des chiffres astronomiques pour un travail commun qui dure depuis 1984, année de son arrivée dans la ligue de basket professionnelle américaine.

À LIRE AUSSI: Mort de George Floyd : au tour de Michael Jordan de parler