1 an et demi après l’assassinat de Samat, tué par un commando alors qu’il se trouvait sur un parking de Garges-lès-Gonesse, de nouveaux éléments de l’enquête ont été révélés par Le Parisien.

Nom connu dans le milieu du rap français et figure majeure du rap hardcore en Seine-Saint-Denis, Samat était abattu le 7 octobre 2019. Alors qu’il était accompagné de sa compagne et que le couple se trouvait en voiture, garé sur le parking du McDonald’s de Garges-lès-Gonesse, le véhicule va être mitraillé par un commando qui va immédiatement prendre la fuite. Et si la jeune femme s’en était miraculeusement sortie, le rappeur, qui avait eu à faire à la justice dans le passé et se trouvait justement en semi-liberté après avoir été condamné pour un trafic d’armes et de drogue, avait lui succombé sur le coup. Une nouvelle qui avait provoqué la tristesse de nombreux rappeurs français et avait évidemment conduit à l’ouverture d’une enquête, avant que 4 personnes ne soient déférées à la justice en mai 2020. Et s’ils se trouvent toujours derrière les barreaux en attente d’un procès, la justice semble être parvenu à retracer la chronologie des faits et les raisons ayant motivé ce meurtre particulièrement violent.

Samat x Kalash Criminel – Crime Organisé :

À LIRE AUSSI: Le rappeur Samat assassiné dans une fusillade…

Une tentative d’extorsion d’un garagiste en cause ?

Selon Le Parisien, qui a publié ce mardi 23 mars un très long article pour détailler les avancées de l’enquête, ce règlement de compte sanglant serait en fait lié à une tentative d’extorsion d’un garage de Stains par Samat (de son vrai nom Anthony Edet), alors que l’établissement était protégé par une famille puissante de la cité du Clos Saint-Lazare. Cette dernière, qui n’aurait pas apprécié que le rappeur s’immisce dans ses affaires, aurait alors mis en place une réponse punitive jusqu’à placer une balise GPS permettant de suivre son véhicule à la trace. Et si les suspects nient les faits et que l’un des magistrats en charge de l’affaire a reconnu que le tueur s’était probablement enfuit à l’étranger et qu’il serait donc très difficile à retrouver, la justice reste persuadée que les personnes derrière les barreaux ont participé à ce règlement de compte qui a conduit à la mort de Samat…

À LIRE AUSSI: Samat : 4 personnes interpellées dans l’affaire de la mort du rappeur !