Les conditions de libération conditionnelle de Bobby Shmurda ont été révélées, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elles sont très strictes !

Derrière les barreaux depuis plus de 6 années après une incarcération pour possession illégale d’armes et de drogues, préméditation de meurtre et affiliation à un gang, Bobby Shmurda avait connu une sortie de prison très médiatisée en ce mois de février 2021. Pour fêter l’événement, son ami Quavo avait mis les petits plats dans les grands en lui réservant un jet privé pour le ramener chez lui. De nombreux artistes parmi lesquels Chris Brown, 21 Savage, Meek Mill ou encore Lil Durk s’étaient également réjouis de sa libération. De son côté, le rappeur de 26 ans avait profité de cette liberté retrouvée pour faire ses emplettes chez les plus grands bijoutiers de New York, dépensant 100 000 dollars dans des colliers et des montres de luxes. Toutefois, derrière ce train de vie d’enfer, Ackquille Pollard doit se soumettre à des règles strictes.

À LIRE AUSSI: Bobby Shmurda a dépensé des sommes astronomiques à sa sortie de prison !

Pas d’alcool ni de drogues

Le natif de Miami est sous liberté conditionnelle jusqu’au 23 février 2026. Un régime qui le soumet à de nombreuses contraintes, parmi lesquelles un couvre-feu à 20 heures tous les soirs ainsi que l’obligation de passer des tests de dépistages afin de s’assurer qu’il ne consomme aucune drogue. Mais ce n’est pas tout puisqu’il doit également suivre des séances auprès d’un spécialiste afin de l’aider à gérer son agressivité et sa colère. En outre, il a interdiction formelle de boire de l’alcool, de fréquenter les bars et d’être affilié, de quelque manière que ce soit, à un gang. Bobby Shmurda doit aussi trouver et conserver un emploi, chose néanmoins aisée puisqu’il est déjà un rappeur accompli. Il semble d’ores et déjà très impliqué à respecter ses règles imposées par la justice, puisqu’on l’avait récemment vu refuser un verre d’alcool quelques jours après sa sortie de prison (vidéo ci-dessus). Il s’était confié dans les colonnes de GQ fin février sur son envie de se consacrer à la musique, et laisser ses vieux démons prendre le large. Une prise de conscience qu’il doit en grande partie à ses supporters : “Je ne tenais pas trop à ma carrière jusqu’à ce que j’aille en prison et que je vois à quel point les fans étaient fidèles. […] Il n’y a pas une semaine où je n’ai pas reçu au moins 10 courriers de fans pendant ma peine…