La justice a temporairement interdit à MSCHF d’expédier les désormais fameuses “Satan Shoes” dont Lil Nas X a fait la promotion en début de semaine. Une 1ère victoire pour Nike, qui a engagé des poursuites contre l’entreprise, qu’elle accuse de contrefaçons.

La justice new-yorkaise aura donc été très prompte à réagir à la dernière plainte de Nike. Ce mardi, la marque à la virgule annonçait qu’elle engageait des poursuites à l’encontre de MSCHF, une entreprise située à New-York spécialisée dans la vente de sneakers modifiées et vendues en série limitée. Un business sans doute très rentable mais qui risque de connaître un net coup d’arrêt dans les prochaines semaines. En collaboration avec Lil Nas X, quelques heures seulement après la sortie de son nouveau single intitulé MONTERO (Call Me By Your Name) accompagné d’un clip particulièrement provoquant comprenant de nombreuses références à l’Enfer et au Diable, MSCHF mettait ainsi en vente une paire d’Air Max 97 très particulière. Celles-ci étaient ainsi vendues à 666 exemplaires au prix de 1 018 dollars, un montant qui évoque le verset de la Bible faisant référence au bannissement de Lucifer du paradis. La fameuse bulle d’air de la chaussure était elle remplie de liquide rouge – dont une goutte de sang humain – tandis qu’une croix sainte renversée et un pentagramme sont attachés aux lacets.

Satan Shoes
Lil Nas X et les Satan Shoes
À LIRE AUSSI: Lil Nas X se défend après les attaques suite à son nouveau clip… et fait face à une nouvelle polémique

La justice donne raison à Nike… pour l’instant

Face à la polémique qui a rapidement agité les réseaux sociaux, Nike, qui n’était pas impliqué dans cette collab’ et s’est retrouvé accusé de faire la promotion du satanisme, a donc décidé d’aller devant la justice. Estimant que MHSCF avait joué sur le fait qu’il s’agissait d’une paire réalisée avec elle, la firme de l’Oregon a ainsi décidé d’attaquer pour contrefaçon, réclamant d’importants dommages et intérêts ainsi que l’interdiction de vente de la paire. Et si la justice n’a pas encore statué sur le fond de l’affaire, elle a publié ce jeudi matin une ordonnance restrictive afin d’annoncer que MHSCF n’avait pour l’instant pas le droit d’honorer les commandes de la Satan Shoes. Il faudra tout de même probablement attendre quelques mois afin de savoir si l’entreprise était dans son bon droit et aura la possibilité de vendre comme prévu les paires, ou si Nike obtiendra finalement gain de cause…

À LIRE AUSSI: Lil Nas X : Nike attaque en justice les “Satan Shoes”