Rohff s’est adressé à Brahim Bouhlel après sa vidéo polémique au Maroc au travers d’un message très inspirant…

C’est l’affaire de la semaine. Il y a quelques jours fuitait une vidéo dans laquelle Brahim Bouhlel, Hedi Bouchenafa et Zbarbooking s’en prenaient aux femmes marocaines, ainsi qu’aux enfants qu’ils qualifièrent notamment de “fils de p*te”. Une violence qui a d’abord choqué les Marocains, au Maroc comme en France, forcément, mais de manière plus large de nombreux français, et le microcosme du rap game également. Raison pour laquelle de nombreux artistes ont choisi de s’exprimer pour faire savoir leur déception à propos du comportement l’acteur de la série Validé et ses confrères. Si Niro et Mister You sont restés politiquement corrects, d’autres personnalités comme Maes, Booba ou encore Lacrim n’ont pas hésité à faire preuve de plus de virulence, allant jusqu’aux insultes et aux menaces. Peiné par cette séquence, Rohff a également tenu à adresser un message à Brahim Bouhlel…

À LIRE AUSSI: Booba traite les acteurs de Validé de “cochons dinde” et clashe (à nouveau) Gastambide ! [Vidéo]

Rohff prône le respect

Rohff et Brahim Bouhlel se connaissent puisqu’ils se sont dernièrement tous 2 retrouvés sur le plateau de tournage de la saison 2 de Validé. Très déçu de l’agissement de l’acteur, il a tenu à lui rappeler que l’humour avait aussi ses limites : “Je te juge pas je suis pas Dieu mais je suis blessé et comme tous les Marocains et tous ceux qui ont des sœurs et des enfants comme moi. La preuve qu’on ne peut pas rire de tout, surtout en tant qu’influenceur.” Dans la suite de son message, il a continué à prôner le respect d’autrui : “Toi et tes sbires devez connaître vos limites même défoncés. Tu es humainement comme religieusement affilié à ce beau pays qui accueille le monde entier les bras ouverts ! Le respect pour un peuple commence par soi-même. Vive le Maroc.” Voilà au moins un sujet qui aura réussi à mettre relativement d’accord tous les rappeurs… même ceux qui ne s’apprécient pas forcément. Une 1ère depuis belle lurette…

Brahim Bouhlel Rohff