En détention depuis 1 semaine, Brahim Bouhlel et Zbarbooking seront jugés ce mercredi 14 avril au Maroc après la publication de leur vidéo polémique…

C’est une affaire qui aura particulièrement agité les réseaux sociaux en ce début d’année. Début avril, Brahim Bouhlel, Hedi Bouchenafa et Zbarbooking ont créé un tollé après la publication sur Snapchat d’une vidéo dans laquelle ils s’en prenaient au peuple marocain. Les 3 amis, qui se trouvaient eux-même en vacances dans le pays, n’avaient pas hésité à qualifier les femmes de “p*tes”, et à filmer des enfants, les traitants de “fils de p*te”. Des propos tenus sous couvert d’un “humour” qui n’avait évidemment pas fait rire les internautes ainsi que de nombreux rappeurs, qui se sont tout bonnement déchaînés contre l’acteur de Validé et ses compères. Ainsi, Booba, Niro, Lacrim, Maes, Mister You, Kamelancien ou encore Rohff ont tous désapprouvé cette séquence avec plus ou moins de violence. Mais plus qu’un lynchage médiatique, c’est désormais à la justice marocaine que Brahim Bouhlel et Zbarbooking vont devoir répondre – Hedi Bouchenafa avait pour sa part quitté le territoire avant l’ouverture de l’enquête.

À LIRE AUSSI: Rohff, “blessé”, réagit à la vidéo choquante de Brahim Bouhlel

Leur peine connue ce mercredi

C’est ainsi que leur procès s’ouvre donc dès aujourd’hui au Maroc. Les 2 individus, en détention provisoire depuis une semaine, sont poursuivis pour “diffusion d’une vidéo d’une personne sans son consentement” et “détournement de mineur”, un délit qui est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 5 ans de prison. D’après Maître Mourad Elajouti, l’homme qui est à l’origine du signalement de la vidéo au parquet marocain, “les propos tenus dans la vidéo ont choqué tout le monde et ne peuvent pas être qualifiés de parodie humoristique”. Brahim Bouhlel avait pourtant présenté ses excuses publiquement au travers d’un communiqué publié sur Instagram, dans lequel il déclarait notamment : “Pas un seul instant je n’ai voulu porter préjudice ou salir l’image du Royaume, ou de ses habitants, de ses enfants. […] Ma seule intention de comédien était de faire rire et non de heurter la sensibilité de qui que ce soit. Les propos que j’ai tenus ne reflètent en rien la réalité ou ma perception du Royaume. Ils s’inscrivent seulement dans une parodie, qui incontestablement est parfaitement ratée dans ses effets”. Il avait également répondu à une interview afin de s’expliquer dans un média local, 12MA. Le parquet prendra-t-il ces excuses en compte dans leur jugement ? Réponse dans quelques heures…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Bouhlel Brahim (@brvhym)

À LIRE AUSSI: Booba traite les acteurs de Validé de “cochons dinde” et clashe (à nouveau) Gastambide ! [Vidéo]