Près de 2 mois après la demande de divorce de Kim Kardashian, et alors qu’il était resté silencieux jusqu’ici, Kanye West a enfin posé ses conditions…

Début janvier, la presse people était sous le choc en apprenant la demande de divorce de Kim Kardashian. Toutefois, c’est seulement le 19 février que la femme d’affaires déposait officiellement son dossier qui allait lancer la procédure. Depuis, Kanye West préparait sa défense avec son équipe juridique, tandis qu’ici et là, diverses informations circulaient sur l’état de la relation du couple. Près de 2 mois plus tard, Kanye a enfin riposté, en demandant la garde partagée des 4 enfants du couple : North (7 ans), Saint (5 ans), Chicago (3 ans) et Psalm (1 an). D’après les informations de TMZ, garde partagée ne signifierait pas garde équitable pour autant, puisque la star du clan Kardashian les auraient sous sa tutelle de manière plus récurrente. C’est en effet à Los Angeles, près de leur mère, que les chérubins sont inscrits à l’école et ont le reste de leur famille (grands-parents, tantes, cousins, etc.), alors que de son côté, Ye est à présent installé dans le Wyoming.

Kim Kardashian Kanye West

À LIRE AUSSI: Netflix dépense 30 millions de dollars pour une série documentaire sur Kanye West

Kanye espérait une issue plus favorable

Si les choses ont mis du temps à se mettre en place du côté de Kanye West, c’est parce que ce dernier aurait lontemps espéré reconquérir sa future ex-femme, et par conséquent sauver son mariage. Un espoir finalement parti en fumée : “Kanye a pris son temps parce qu’il espérait pouvoir arranger les choses. Clairement, ça ne pouvait pas arriver et il l’a enfin accepté. Son cercle d’amis proches l’a supplié d’engager un bon avocat et de tirer les choses au clair une bonne fois pour toutes. Heureusement, il s’est fait une raison. Son seul souci, c’est de ne pas obtenir un temps de garde équitable”, explique une source proche de l’interprète de Stronger au média américain Hollywood Life, avant de continuer : “Kanye ne voulait pas divorcer. Si ça ne tenait qu’à lui, ce divorce n’arriverait pas. Donc faire ce 1er pas est très douloureux pour lui. Mais il l’accepte désormais, il n’a pas vraiment le choix”. Hormis cette bataille pour la garde des enfants, le reste des modalités du divorce devrait se régler à l’amiable, puisqu’aucun ne devrait verser de pension alimentaire à l’autre. En outre, leur fortune personnelle ne devrait pas être chamboulée par cette séparation, puisqu’ils avaient signé un contrat prénuptial en amont de leur mariage, en 2014. Dans les pays anglo-saxons, ce contrat – qui fait défaut dans le cas du divorce entre Dr. Dre et Nicole Young – envisage l’ensemble des conséquences du mariage, mais aussi les conséquences financières et alimentaires en cas de dissolution du couple…