La guerre est officiellement déclarée entre l’UEFA et 12 des plus grands clubs européens. Ces derniers ont officialisé leur participation à une Super League européenne, un projet évoqué depuis de nombreuses années déjà. Comme le Bayern Munich, le PSG refuse pour l’instant d’y participer.

C’est une hypothèse à laquelle quelques grands clubs européens réfléchissaient depuis plusieurs années, et qui fait évidemment peur à l’UEFA – et par conséquence à la FIFA. Comme l’avait révélé ce dimanche après-midi le New York Times, 12 clubs européens ont annoncé dans les prochains jours leur participation à une Supe League européenne, sorte de championnat réunissant les clubs les plus forts et les plus riches. Parmi “les membres fondateurs” de cette nouvelle compétition, on retrouve le FC Barcelone, le Real Madrid, l’Atlético Madrid, l’Inter, le Milan AC, la Juventus, Arsenal, Manchester United, Manchester City, Tottenham, Chelsea et Liverpool. Un choix qui implique le retrait de ces clubs des championnats nationaux et des Coupes d’Europe traditionnelles, ce qui fait évidemment râler la plupart des amoureux du football. Et si on pouvait s’attendre à voir le PSG et le Bayern Munich intégrés à cette liste, les 2 clubs ont pour l’instant refusé d’en faire partie. Une attitude félicitée par de nombreux observateurs mais aussi par l’UEFA, qui a sans surprise rapidement décidé de répliquer.

Une réaction ferme

Face à cette révolution en préparation, l’UEFA a publié un communiqué ferme afin de répéter son opposition ferme à ce projet : “L’UEFA, l’association du football anglais et la Premier League, la Fédération espagnole et la Liga, la Fédération italienne et la Serie A ont appris que quelques clubs anglais, espagnols et italiens semblaient sur le point d’annoncer la création d’une ligue fermée appelée Super League. Si cela arrive, nous souhaitons redire que nous (…) resterons unis dans nos efforts pour stopper ce projet cynique, fondé sur l’intérêt personnel de quelques clubs, à un moment où la société a plus besoin de solidarité que jamais”. Elle a également confirmé qu’en s’engageant dans cette voie, les joueurs des clubs évoluant dans cette compétition seraient bannis des matchs avec leur sélection. Autant dire que cette Super League risque d’agiter le football européen dans les prochains mois et pourrait définitivement venir mettre un terme au football populaire et à la relative méritocratie qui pouvait encore exister…