Nommé à la tête de Tottenham depuis novembre 2019, José Mourinho a été limogé ce lundi matin en raison des mauvais résultats de son équipe.

Le pari José Mourinho n’aura donc pas fonctionné pour Tottenham. 1 an et demi après son arrivée, le coach portugais a été démis de ses fonctions ce lundi par les dirigeants du club londonien, alors même que celui-ci doit disputer dimanche la finale de la League Cup contre Manchester City. Une nouvelle pas vraiment surprenante étant donné les résultats très décevants de l’équipe cette année, qui pointe à une triste 7ème place en Premier League – à 5 points de la 4ème place – malgré un très bel effectif, mais aussi à des relations dégradées avec certains de ses joueurs. Récemment, plusieurs médias anglais annonçaient ainsi que la principale star et capitaine de l’équipe, Harry Kane, envisageait sérieusement un départ à l’issue de la saison. Ce licenciement de Mourinho, mais aussi les récentes nouvelles qui secouent le football européen, pourraient bien le convaincre de rester encore à Tottenham.

Un entraîneur intérimaire… de 29 ans

Pour le remplacer (au moins temporairement), Tottenham n’a pas été cherché bien loin puisque c’est un ancien joueur et actuel entraîneur de l’équipe des jeunes du club, Ryan Mason, qui assurera l’intérim. Âgé de seulement 29 ans, celui-ci avait dû arrêter sa carrière en février 2018 à la suite d’une fracture d’une crâne subie lors d’un match contre Chelsea quelques mois avant, alors qu’il évoluait à Hull City. Il semble toutefois peu probable de l’imaginer diriger Tottenham et ses grandes ambitions sur le long terme. D’autant que les Spurs font partie des membres fondateurs de la Super League européenne, le projet tant désiré par quelques uns des clubs les plus puissants du Vieux-Continent officialisé cette nuit et qui compte pour l’heure 12 participants. Outre Tottenham, on y retrouve Chelsea, Liverpool, Arsenal, les 2 clubs de Manchester, l’Inter, la Juventus, le Milan AC, le Real Madrid, l’Atlético Madrid et le FC Barcelone. Tous ont donc décidé de faire scission avec l’UEFA – contrairement aux clubs français et allemands -, ce qui aura, peu importe la conclusion de cette décision historique, de nombreuses conséquences sur le visage du football européen et mondial.

À LIRE AUSSI: Super League européenne : 12 clubs officiellement engagés, l’UEFA riposte !