Officiellement lancé ce dimanche soir, le projet de Super League européenne n’aura résisté que 48 petites heures à la pression populaire. Comme évoqué ces dernières heures, plusieurs clubs ont annoncé leur retrait de cette nouvelle compétition.

Le football a sans doute gagné, même si l’UEFA va sérieusement devoir se remettre en question. Malgré l’acharnement de Florentino Perez et d’Andrea Agnelli, respectivement président du Real Madrid et de la Juventus, la Super League européenne n’existe déjà plus. Comme cela était évoqué hier soir, face aux réactions très hostiles générées par le projet, plusieurs clubs ont annoncé qu’ils se retiraient de la compétition. Ce mercredi, la totalité des clubs anglais sont donc hors de cette Super League, tout comme l’Inter et l’Atlético Madrid. A l’agence de presse Reuteurs, Andrea Agnelli a d’ailleurs confirmé que cette nouvelle compétition, qui avait pour objectif de venir concurrencer la Ligue des Champions et par conséquent l’UEFA, ne pourrait pas se faire sans ces clubs.

À LIRE AUSSI: Super League : Chelsea déjà désireux de se retirer de la compétition ?

Un échec cuisant

En souhaitant à tout prix se regrouper et ainsi engranger beaucoup plus d’argent, les 12 clubs fondateurs de cette compétition ont rapidement subi la colère de leurs supporters respectifs, en plus de nombreux acteurs du football comme Pep Guardiola, Jurgen Klopp ou Kevin De Bruyne. Tous les dirigeants du football européen et des grands clubs vont toutefois rapidement devoir s’asseoir autour d’une table afin d’arrondir les angles. D’autant qu’entre temps, l’UEFA a adopté en urgence une réforme de la Ligue des Champions qui entrera en vigueur en 2024 mais ne fait pas vraiment l’unanimité non plus chez les fans de football. Reste également à savoir si des sanctions seront mises en place contre les clubs souhaitant faire scission avec l’instance qui gère le football européen.

À LIRE AUSSI: Super League européenne : plusieurs joueurs réagissent et s’opposent au projet