Des journalistes de l’émission Envoyé Spécial sur France 2 ont retrouvé des images à caractère raciste dans le téléphone de l’un des policiers qui a tabassé Michel Zecler

Petit rappel des faits. C’est le 21 novembre 2020 que Michel Zecler, un producteur de musique en route pour regagner son studio, se fait contrôler par une patrouille de 3 policiers dans le 17ème arrondissement de Paris. Un contrôle qui dérape assez vite et finit par se transformer en passage à tabac sur le citoyen de 41 ans qui ne répond pas aux coups qu’il reçoit. Une agression physique à laquelle s’ajoute selon Michel, des insultes racistes. Ce dernier n’en démord pas et assure que son contrôle abusif a été motivé par des raisons discriminatoires telles que “sa couleur de peau” ou encore son “look”. Les 3 agents ont été poursuivis pour “violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique”, avec plusieurs circonstances aggravantes s’ajoutant à cela. L’un des policiers a rencontré des journalistes de l’émission Envoyé Spécial, dont l’épisode à été diffusée sur France 2 jeudi 22 avril au soir. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’officier de police n’est pas lavé de tout soupçon, comme en témoignent les photos et messages retrouvés dans son téléphone.

michel-zecler-visage-tumefie

À LIRE AUSSI: Un producteur passé à tabac par des policiers à Paris [Vidéo]

Un photomontage dégradant sur George Floyd

Cet officier âgé de 23 ans est exactement celui que Michel Zecler accuse d’insultes racistes, mais également celui qui a continué à assener des coups-de-poings au visage du producteur lorsque celui-ci était menotté après son agression. Celui qui est appelé Antoine dans l’émission réfute toutes accusations et ose même déclaré que Michel Zecler se met dans la peau d’une victime, car il est noir : “Mr Zecler, bah, il est noir, du coup, il se fait passer pour une victime”. Des propos audacieux, voire inadaptés, lorsque l’on sait que l’équipe de l’émission d’Envoyé Spécial a réussi à se procurer un accès au contenu du téléphone de ce policier. Ils ont notamment pu y retrouver un photomontage sur la mort de George Floyd, où l’on peut voir l’image de Derek Chauvin, genou sur le citoyen américain décédé, légendé de la phrase : “Quand tu dégonfles ton matelas en fin de soirée”. Tout est dit !

Photomontage du policier Affaire Zecler

À LIRE AUSSI: George Floyd : Le jury déclare Derek Chauvin coupable de meurtre ! [Vidéo]

Vers une idéologie sectaire et raciste du policier ?

Un montage raciste, qui devait se vouloir drôle (!!!), partagé dans une conversation WhatsApp. D’autres messages, dont ceux échangés avec une proche laissent à penser que l’idéologie de ce jeune policier peut tendre vers un racisme viscéral dont il aurait du mal à se défaire : “Je suis dégoûté que tous ces bâtards soient acceptés en France et que l’on ne fasse rien”. Un constat sans appel auquel son interlocutrice répond : “Je t’interdis de devenir raciste” et auquel il répond : “Ben, ce n’est pas du racisme, mais tous les bâtards qui foutent la merde, ce sont tous les mêmes” ! Des messages dont les journalistes lui ont avoué avoir eu connaissance, et à quoi il a répondu : “Dans la police, nos idées changent, car on est amené a interpeller toujours le même type de population”. Toutefois, si ces paroles et photos viennent attester de la vision sectaire voire raciste du policier, elles ne peuvent pas constituer de preuves dans l’affaire du passage à tabac et des insultes proférés à l’encontre de Michel Zecler.