Lil Mosey a décidé de plaidé non coupable dans l’affaire de viol au second degré d’une jeune femme dans laquelle il est accusé.

Le 22 avril, la justice de l’Etat de Washington délivrait un mandat d’arrêt contre Lil Mosey, accusé comme un autre homme nommé Francisco Prater du viol d’une jeune femme et qui ne s’était pas présenté à la convocation afin d’assister à l’audience préliminaire. Les faits se seraient déroulés lors d’une soirée organisée le 6 janvier 2020 dans la ville de Randle, située dans l’Etat de Washington, après que la victime et une amie à elle aient rejoint les 2 hommes. Selon l’accusatrice, si elle avait dans un 1er temps consenti à avoir des rapports avec le rappeur dans une voiture, elle explique ensuite avoir vécu un black-out en raison de sa consommation de champagne et de White Claws, une boisson alcoolisée très en vogue chez les jeunes américains. Mosey l’aurait tout de même forcé à avoir des rapports avec elle, ce qui lui aurait d’ailleurs causé des douleurs aux jambes et lui aurait laissé plusieurs ecchymoses à divers endroits du corps. Elle se serait ensuite réveillée dans une résidence où elle aurait à nouveau été abusée, cette fois par le 2ème homme. Son amie, qui aurait elle aussi finie la soirée très alcoolisée, explique de son côté ne plus se souvenir de la soirée jusqu’à ce qu’elle se retrouve dans la résidence en question, en sous-vêtements, et qu’une personne ne vienne l’avertir qu’une vidéo d’elle en plein acte sexuel avait été filmée. C’est après cela que, dans un éclair de lucidité, elle parviendra à retrouver son amie avant de quitter les lieux. Contrairement à cette dernière, elle a toutefois expliqué aux enquêteurs ne pas se souvenir si elle avait été victime d’un viol.

À LIRE AUSSI: Lil Mosey accusé de viol et sous le coup d’un mandat d’arrêt

Lil Mosey libéré sous caution

Après que ses avocats aient expliqué à la justice que la 1ère convocation avait été envoyée à une mauvaise adresse, Lil Mosey a enfin pu comparaître ce mardi 27 avril devant la Cour Supérieure du Comté de Lewis, située dans la ville Chehalis. Une erreur qui a suffi à convaincre le juge d’abandonner le mandat d’arrêt déposé à l’encontre de l’interprète de Try Me, tandis que ce dernier, qui avait déjà eu à faire à la justice l’an dernier dans une affaire de possession illégale d’arme, a lui choisi de plaider non coupable des faits qui lui sont reprochés. Dans l’attente de son procès prévu pour le 19 juillet prochain, il a également été libéré après avoir payé sa caution, fixée à 50 000 dollars. Le juge en charge du dossier, James W. Lawler, a lui accepté de permettre à Mosey de poursuivre ses concerts en le laissant voyager aux Etats-Unis ainsi qu’au Canada. Sa prochaine convocation devant la cour est elle prévue le 17 juin prochain.