Trey Songz fait l’objet d’une plainte déposée par un barman, qui accuse le chanteur de l’avoir frappé lors d’un concert qui s’est déroulé en mai 2019 dans une salle de Los Angeles.

Déjà marquée par une 1ère affaire judiciaire, Trey Songz va devoir gérer un nouveau dossier. Au début de l’année, alors qu’il était présent à l’Arrowhead Stadium de Kansas City afin d’assister à la finale de conférence NFL opposant les Chiefs aux Buffalo Bills, Trey s’était retrouvé dans une situation particulière. Sans que l’on ne comprenne pourquoi, il s’était retrouvé au coeur d’une bagarre avec un policier, une scène filmée par des spectateurs médusés et qui avait provoqué son arrestation. Finalement, après une enquête de plusieurs mois, la justice du comté de Jackson (Missouri) avait annoncé qu’elle ne poursuivrait pas l’artiste originaire de Virginie, faute de preuves insuffisantes. Cela ne signifie pas pour autant que ses ennuis judiciaires ne sont toutefois toujours pas terminés…

À LIRE AUSSI: Trey Songz : Aucune poursuite judiciaire après sa bagarre avec un policier

Un barman dépose plainte

Comme l’annonce TMZ ce mercredi soir, un barman a en effet déposé plainte contre lui pour un supposé acte de violence survenu en mai 2019. Selon le plaignant, celui-ci aurait eu lieu lors d’un show au Hollywood Paladium de Los Angeles, à l’occasion d’un show organisé pour célébrer la collaboration entre Cardi B et la marque Fashion Nova. Tandis que Trey Songz serait monté sur le bar et se serait décidé à rester assis dessus pour regarder le spectacle, le barman va lui demander plusieurs fois de descendre, sans obtenir de réponse. Il va ensuite mettre la main sur l’artiste afin de l’inciter à descendre, ce à quoi le chanteur de 36 ans aurait répondu en lui adressant tout simplement une droite… avant de recommencer à regarder le spectacle. Un coup qui aurait provoqué des blessures physiques mais aussi psychologiques chez le plaignant, qui demande maintenant réparations financières. Jusqu’à présent, Trey Songz va souhaité réagir à l’annonce de cette plaignant, ni sur les réseaux sociaux, ni auprès de la presse américaine.