Tandis qu’il avait reconnu en mars avoir donné plusieurs gifles violentes et prononcé des insultes envers sa compagne, avec qui il a eu 3 enfants, Doc Gynéco a été condamné ce mardi à 5 mois de prison avec sursis.

Le 10 mars dernier, Doc Gynéco était arrêté à son domicile après qu’une voisine, inquiète après avoir entendu des cris provenant du domicile du rappeur à Paris, ait contacté les forces de l’ordre. Sur place, les policiers vont découvrir la compagne de l’artiste, avec qui il partage sa vie depuis 25 ans et a eu 3 enfants, souffrant d’un œdème à l’œil gauche et de plusieurs hématomes sur le visage. Transportée à l’hôpital, elle s’était vu prescrire 19 jours d’ITT, tandis que le rappeur de 47 ans va reconnaître en garde à vue lui avoir adressé plusieurs gifles à sa compagne, tout en l’insultant et en la menaçant. Des faits qui ont évidemment conduit à l’ouverture d’une enquête et à la tenue d’un procès, qui a eu lieu ce 18 mai.

À LIRE AUSSI: Doc Gynéco placé en garde à vue dans une affaire de violences conjugales

Une peine relativement clémente

Présenté au tribunal correctionnel de Paris, Bruno Beausir a écopé de 5 mois de prison avec sursis – moins que les réquisitions du Parquet qui réclamait 6 mois avec sursis – ainsi qu’une amende de 2 000 euros. Sa peine est également assortie d’un sursis probatoire de 3 ans, au cours duquel il devra notamment recevoir des soins ou suivre un stage sur les violences conjugales. Il a également la stricte interdiction de se rendre au domicile de son épouse ou même de la contacter, sans quoi il devra finir sa peine derrière les barreaux. S’il a affirmé, d’abord aux enquêteurs puis aujourd’hui devant le juge, que ces violences étaient dû à un coup de sang et qu’il n’avait jusqu’ici jamais la main sur sa compagne, cette dernière avait au contraire parlé durant son audition d’actes habituels, en plus d’une emprise exercée sur elle par l’artiste. Absente du procès, elle a tout de même fait lire une lettre écrite par ses soins à son avocat, expliquant qu’elle conservait des séquelles physiques de ce dernier incident, ainsi que sa peur à l’idée de croiser Doc Gynéco à l’avenir…