Sully Sefil a réuni Joeystarr et le jeune Dayron Ferguson pour un morceau hommage à la Ville Lumière, Paris…

Son nom ne vous dit peut-être rien, il a pourtant marqué toute une génération à l’aube de l’an 2000 (J’voulais). Sully Sefil a rappelé une veille connaissance à l’occasion d’un morceau inédit intitulé Paris est Magic. Cet ami de longue date, avec qui il partage la même passion des 1ères heures du hip-hop, de la mode, des origines antillaises et le goût du bon rhum, c’est JoeyStarr. Il faut dire que les 2 hommes se connaissent bien, depuis longtemps, puisque Sully a même fait les 1ères parties d’NTM – en tant que backeur de Busta Flex – durant leur mythique tournée de 1998. En outre, il fut le beatmaker de leur classique That’s My People, sur une boucle de Chopin. Quoi de plus normal pour ces enfants de Paname et ses banlieues limitrophes que de chanter en son honneur, 2 jours seulement après la victoire du PSG en coupe de France. Ils se sont aussi faits accompagner du talentueux Dayron Ferguson, dont la voix suave nous délivre un refrain aussi efficace qu’entêtant.De retour dans l’arène, énervé je grogne, je regarde puis je me les fais tous”, rappe d’ailleurs la moitié d’NTM, avec un flow et une intonation qui devrait raviver chez bon nombre d’auditeurs quelques souvenirs magiques…

Sully Sefil feat. JoeyStaar & Dayron Ferguson – Paris est Magic :

À LIRE AUSSI: JoeyStarr allume Maddy Burciaga sur Instagram pour un étonnant placement de produits [Vidéo]

Sully Sefil de retour

Pour rappel, Sully Sefil a mis un 1er pied dans la musique dès son plus jeune âge, après avoir été électrisé par Sidney et son émission H-I-P H-O-P en 1984. D’abord danseur, c’est en groupe qu’il se forge tout d’abord au rap, puisqu’il a commencé au sein du collectif Koalition, avec lequel il a sorti plusieurs projets. Artiste accompli, le Martiniquais a aussi eu, dès le départ, un esprit tourné vers l’entreprenariat. Raison pour laquelle il monte avec Dj Shean le label indépendant Royal Produkshun, alors qu’une marque de vêtements devenue mythique voit également le jour à la même période : Royal Wear. Alors que la griffe est devenue incontournable sur la marché du streetwear, au même titre que Com-8 de son acolyte JoeyStarr, il développe notamment le collectif Royal Squad avant de se lancer en solo et de connaître un succès fulgurant avec son 1er morceau : J’voulais. Et le terme est faible, tant le titre fait l’effet d’une bombe lors de sa sortie en 2001, avec plus de 400 000 singles vendus. S’en suivra alors la sortie d’un 1er album, Sullysefilistic la même année. Malgré une carrière plus discrète ces dernières années, le Mc du Val-de-Marne (et un peu de Seine-et-Marne) – qui a adopté la capitale depuis de longues années – nous prouve que 20 ans plus tard, il est toujours opérationnel. Après l’expérience de son concept Rock The Street, qui mêlait rap, rock et mode, depuis juin 2020, il est revenu avec 4 morceaux, baptisé Kim Kardashian, Tüken, X et Paris est Magic donc…

Sully Sefil – J’voulais :