Kim Kardahsian fait face à des poursuites de 7 anciens employés pour retards de paiement et conditions de travail déplorables…

Kim Kardashian a fait la une des tabloïds ce week-end du 22 mai après la soirée organisée à Hollywood par sa demi-sœur Kendall Jenner à laquelle elle était conviée, tout comme Drake… qui n’a jamais caché son attirance pour la bimbo. Les 2 stars auraient d’ailleurs, selon une source présente à l’événement, passées leur soirée à flirter dans le coin VIP du club. C’est toutefois pour une news bien différente que l’ex-femme de Kanye West fait parler d’elle ces derniers jours. 7 de ses anciens salariés qui travaillaient dans son manoir d’Hidden Hills, à Los Angeles, ont porté plainte contre elle, laissant entendre qu’elle serait un employeur malhonnête ! De nombreuses choses sont reprochées à la biznesswoman de 40 ans, dont des heures supplémentaires non payées, des retards de paiement, des retenues de 10% pour les impôts, mais ce n’est pas tout. Ces derniers ont aussi dénoncé des conditions de travail déplorables, qui étaient parfois accompagnées d’interdiction de prendre une pause déjeuner…

kim kardashian 2

À LIRE AUSSI: Drake et Kim Kardashian très proches dans un club à Hollywood [Photos]

Le clan Kardashian se défend

L’un des 7 employés ayant porté plainte à expliquer avoir été licencié sur-le-champ après avoir tenté de discuter avec Kim Kardashian des fâcheuses conditions de travail auxquelles ils étaient confrontés au quotidien. L’avocat des 7 victimes, Frank Kim, a pris la parole dans les colonnes du Daily Mail, déclarant : “Le vol sur les salaires et autres formes de violations du droit du travail sont un problème répandu à Los Angeles. Ma société enquête actuellement sur d’autres violations potentielles contre ces accusés, ainsi que sur d’autres familles et entreprises puissantes, au nom de travailleurs de tous les jours.” Du côté de Kim Kardashian, on se dédouane. Un porte-parole de la star a en effet affirmé que les employés étaient embauchés par une entreprise annexe, et non par elle-même. Il a confié : “Kim espère que le problème entre ces travailleurs et l’entreprise qui les a embauchés pourra être rapidement résolu à l’amiable.