Une vidéo publiée cette nuit montrant un homme travaillant pour un fast-food de Cergy (95) prononcer de graves insultes négrophobes à destination d’une femme, après avoir violemment agressé un livreur (noir), a déclenché la colère des réseaux sociaux.

Ce dimanche 30 mai, une vidéo particulièrement violente publiée sur Twitter va prendre en quelques minutes une énorme ampleur. Sur cette séquence filmée par une femme à sa fenêtre, vers 22h30, on voit d’abord un livreur sonné et insulté (devant une flaque de sang), dont on comprend rapidement qu’il a été agressé par un jeune homme capuché travaillant pour un restaurant situé à Cergy, et dont elle va donner le nom : le Brasco. Et tandis que la dame invite l’agresseur à se montrer, espérant sans doute que cela permettra plus tard à la police de le retrouver, ce dernier, qui revendique haut et fort ses origines algériennes, va prononcer un flot de menaces et d’insultes violentes et négrophobes à destination du livreur et de la femme qui le filme : “Espèce de négr*sse, espèce de sale noire, personne te touche même avec un bâton. Espèce de sal*pe […] Je suis Algérien, pendant 800 ans on vous a vendu comme du bétail, comme du maïs”. Une séquence évidemment très choquante, qui va déclencher une très large mobilisation afin de retrouver le coupable de ces insultes et de cette agression.

À LIRE AUSSI: Pierre Ménès accusé de racisme par la comédienne Alice Belaïdi

Le restaurant protégé par la police

Face à la violence de la scène, des internautes ont d’abord tenté d’en savoir plus sur la page Facebook du restaurant, qui va rapidement se défendre et expliquer que l’homme en question était un simple livreur, et qu’une plainte allait être déposée par le Brasco. Sauf que rapidement, des habitués vont expliquer que l’individu proférant les propos racistes de la vidéo se trouvait en fait régulièrement à la caisse, allant donc clairement à l’encontre des explications du propriétaire. Ce lundi 31 mai au matin, le compte Twitter de la Police Nationale du Val-d’Oise tentait de résoudre la situation en appelant au calme et en expliquant qu’une enquête était d’ores et déjà ouverte. Une annonce qui n’allait pas empêcher plusieurs dizaines de personnes de se retrouver afin de se rendre directement devant le fast-food pour confronter le propriétaire, mais surtout retrouver la trace du coupable, qui ne s’est sans surprise pas montré. C’est donc ce qui ressemble à une véritable chasse à l’homme qui s’est engagée dans la ville afin de le retrouver…

Si Marlène Schiappa (j’ai demandé que l’on étudie la possibilité d’un article 40 pour signaler les faits au Procureur de la République. Le racisme n’est pas une opinion !”) ou la Licra ont réagi, certains ont saisi l’occasion pour comparer l’agresseur à Bassem Braiki, ce dernier a tenu à prendre la parole afin de dénoncer les propos entendus dans la vidéo, exprimant sa colère et regrettant comme beaucoup d’internautes qu’ils mettent en avant ses origines, ce qui ne peut qu’attiser la haine entre les communautés… Ce qui lui a justement été reproché pendant des années !!!

À LIRE AUSSI: Bassem s’excuse après ses propos envers les congolais et les angolais… (Vidéo)

Les témoignages et 1ères mesures…

Alors qu’une foule s’est réunie tout au long de la journée du lundi 31 mai devant le restaurant Brasco pour manifester son mécontentement, mais aussi son désir de retrouver l’auteur de ces propos, le livreur – Joseph – pris à parti ce dimanche soir a livré son témoignage sur BFM TV, expliquant sa stupéfaction face à la situation et alors qu’il a été roué de coups.

Par ailleurs, le fast-food où s’est déroulée cette scène de violence inouïe a été fermé par décision administrative, et une enquête a été ouverte par la justice. Son gérant, Zoubir a été invité dans la soirée, sur le plateau de l’émission de TPMP sur C8, à donner sa version des faits alors qu’il a réaffirmé que l’individu de la vidéo ne travaillait pas dans son établissement. Plus tard, c’est la jeune femme, qui a filmé l’agression diffusée sur les réseaux (et insultée à son tour), Sollier Savina Vitalina, qui a raconté ce à quoi elle a assisté toujours sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste… Dans le même temps, une rumeur grondait sur Twitter : l’auteur de l’agression, un certain Mourad selon les dires des twittos, se serait fait rattraper sur Argenteuil où il habiterait. Aucune information officielle n’est toutefois venue corroborer cette rumeur véhiculée sur le réseau à l’oiseau bleu…