S’il s’était brièvement exprimé sur les réseaux sociaux, Youssoupha était l’invité de Quotidien ce mercredi 3 juin pour évoquer la polémique liée à son morceau pour l’Equipe de France.

C’est un tourbillon médiatique dans lequel Youssoupha s’est embarqué en répondant favorablement à l’invitation de la Fédération Francaise de Football afin de composer un hymne baptisé Ecris mon nom en Bleu. Ce morceau, qui accompagnait l’annonce de la liste de Didier Deschamps pour l’Euro, a immédiatement provoqué de très nombreuses réactions de la part de membres du Rassemblement National. Ces derniers vont dénoncer une supposé “haine de la France” du rappeur, mettant en avant ses propos passés contre Marine Le Pen ou son affaire avec Eric Zemmour datant d’il y a plus de 10 ans, oubliant qu’il avait été définitivement relaxé en 2012. Depuis, s’il avait évoqué avec ironie certaines informations de la presse, Youssoupha a choisi de prendre la parole ce jeudi 3 juin dans Quotidien.

À LIRE AUSSI: Youssoupha : Didier Deschamps donne son avis sur l’hymne des Bleus

“J’ai pris cette polémique avec beaucoup de recul”

Expliquant ne pas avoir été vraiment touché par cette polémique, d’autant qu’il ne se trouvait pas en France ces derniers jours, le Lyriciste Bantou a tout de même regretté que le parti de Marine Le Pen dicte les sujets repris dans les médias : “J’ai pris cette polémique avec beaucoup de recul, avec beaucoup d’humour parce que je n’ai pas été directement affecté […] C’est quand même agaçant pour les Français et ceux qui habitent en France que le Rassemblement National dicte un peu l’agenda des débats et de ce qu’il faut dire, des thématiques”. Il poursuit : Au début c’était accidentel et maintenant ça devient la norme. Alors eux ils peuvent jouer de ça mais après, le reste du spectre, les médias, les acteurs politiques, les observateurs ne sont pas obligés de tomber dans cet agenda là, ils ne sont pas obligés de se rabaisser à ce niveau là. Enfin, il a tenu à expliquer les raisons de sa prise de parole tardive : “L’une des raisons pour lesquelles je ne suis pas allé sur des plateaux avant c’est parce que je refuse qu’on me dicte l’agenda, de l’action-réaction, tu fais un truc, tu dis un truc et le Front National le récupère et il faut que tu réagisses. Non ! Moi je réagis si je veux et surtout je ne réagis pas pour des gens comme ça, ils ne sont pas importants”Désormais, il va donc pouvoir passer enfin à autre chose, et ainsi se concentrer sur des projets plus importants…