Laylow a pris ses fans à contre-pied en dévoilant sur YouTube son 1er court-métrage, intitulé L’étrange histoire de Mr. Anderson

Laylow est de retour ! Après la sortie de Trinity le 28 février 2020, Jey, qui a vu sa cote de popularité s’envoler ces derniers mois auprès des auditeurs de rap français, a enchaîné les très belle collaborations. Que ce soit avec Dinos (Ciel pleure), Jok’air (Clic Clac Bang Bang) ou encore Vladimir Cauchemar (Brrr), le fondateur de Digital Mundo n’a pas hésité à battre le fer tant qu’il était chaud. Mais ce vendredi 4 juin, ce n’est pas en musique que Laylow a choisi de s’exprimer, mais par un 1er court-métrage, intitulé L’étrange histoire de Mr.Anderson. Ce film inspiré de l’univers fantastique, qu’il a entièrement écrit et produit avec son équipe, est réalisé par Osman Mercan, qui a dirigé la totalité des vidéos de Laylow et Wit – ami proche de Jeremy et membre de son label. Un narrateur, qui se présente comme étant “l’autre visage de Jey”, nous conte la sale journée passée par son autre moi, et comment les 2 se sont retrouvées. Harcelé par sa mère, Laylow quitte le domicile familial et part louer une Porsche afin d’aller tourner un clip, poussé par Mr. Anderson, qui est en fait son alter-égo créatif. Une intrigue aux rebondissements haletants qui tease l’arrivée d’un futur projet éponyme, dont la sortie est attendue pour le 9 juillet.

Laylow – L’étrange histoire de Mr. Anderson :

S’échapper de la matrice du rap

L’univers de Laylow a toujours été aussi mystérieux qu’unique, ce qui a d’ailleurs largement joué dans ses succès récents. Ses nombreuses références à Matrix l’ont notamment aidé à se construire une image très distincte aux yeux du public francophone. En effet, le titre de son nouveau film est lui-même un grand hommage au personnage principal de la trilogie des frères Wachowski, Thomas Anderson, alias Neo. Par ailleurs, cet amour pour ces contes dystopiques déteint aussi sur son nom de producteur. Dans tous les morceaux qu’il produit, il est crédité au nom de Mr.Anderson. Un clin d’œil encore à ce concept de double personnalité, évoqué dans ce court-métrage. Trinity, le titre de son 1er album, est lui-même emprunté au nom de la promise de Neo dans la saga.