En visite dans la ville de Tain-l’Hermitage dans la Drôme, le Président de la République Emmanuel Macron a été giflé par un homme qui a immédiatement été maitrisé et arrêté.

En plein “Tour de France des territoires”, à la veille du nouvel allègement des mesures sanitaires, Emmanuel Macron a été frappé en pleine rue. Le Président de la République, qui sortait d’un lycée hôtelier de Tain-l’Hermitage dans la Drôme et devait prendre la route pour Valence, a choisi de s’arrêter quelques secondes afin de saluer les personnes venues le voir et se trouvant derrière un périmètre de sécurité. Sur une séquence publiée sur les réseaux sociaux, on voit Emmanuel Macron arriver à la hauteur de ces habitants et se diriger immédiatement vers un homme vêtu d’un T-shirt vert. Après quelques infimes secondes d’échange, ce dernier va mettre une gifle au Président de la République, tout en criant “A bas la Macronie”, après avoir poussé un cri de guerre royaliste. Tandis qu’Emmanuel Macron va immédiatement être extrait par son équipe de sécurité, celle-ci va également maitriser et arrêter le coupable, tout comme un 2ème homme qui se trouvait avec lui, et qui filmait. Les 2 drômois de 28 ans ont été dans la foulée placés en garde à vue pour “violence volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique”.

Les politiques régulièrement pris pour cible

Ce n’est évidemment pas la 1ère fois qu’un homme politique est victime d’actes violents. En janvier 2017, Manuel Valls était frappé en Bretagne par un jeune homme de 18 ans adhérant aux idées régionalistes. Ce dernier, qui avait tendu la main à l’ancien 1er ministre de François Hollande avant de le gifler, avait été sévèrement maitrisé avant d’être condamné, à la suite d’une comparution immédiate, à une peine de 3 mois de prison avec sursis. Dans ce nouveau dossier qui fait évidemment les gros titres de la presse, la justice devrait encore une fois s’exprimer rapidement quant au cas des 2 hommes arrêtés… Rappelons qu’en 2016 à Montreuil (93), puis au Salon de l’agriculture alors qu’il était candidat pour les élections présidentielles, Emmanuel Macron avait déjà été agressé, et avait notamment reçu des œufs…