L’auteur de la gifle donnée à Emmanuel Macron mardi dans la Drôme, a été condamné ce jeudi après-midi à 18 mois de prison, dont 14 avec sursis.

Damien Tarel dormira ce soir en prison. Cet homme âgé de 28 ans, qui a giflé mardi Emmanuel Macron alors que ce dernier était de passage dans la Drôme, a en effet été jugé ce 10 juin en comparution immédiate. Il a écopé d’une peine de 18 mois de prison, dont 4 fermes avec mandat de dépôt et 14 avec sursis. Il devra également ensuite respecter une période probatoire de 2 ans durant laquelle il aura l’obligation de travailler ou de suivre une formation, de suivre des soins psychologiques et de ne pas commettre la moindre nouvelle infraction. Privé de droits civiques pendant 3 ans, il a également écopé d’une interdiction de posséder une arme pendant 5 ans et ne pourra plus travailler dans la Fonction Publique. Une sanction ferme qui reste toutefois bien en dessous des réquisitions du Procureur, qui avait lui réclamé une peine de 18 mois ferme. Désormais, le condamné aura 10 jours pour pouvoir faire appel.

À LIRE AUSSI: Emmanuel Macron giflé lors d’une visite dans la Drôme [Vidéo]

“J’étais rempli de dégoût”

Face à la présidente du tribunal, Damien Tarel a admis que sa réaction était “un petit peu impulsive”, la justifiant en expliquant qu’il voulait faire passer un message à Emmanuel Macron mais surtout aux Patriotes et aux Gilets Jaunes. Celui qui est décrit comme un proche de l’Extrême-Droite avait envisagé de faire quelque chose de marquant, d’interpeller le président sur des sujets politiques”, mais aussi de lui lancer un oeuf ou une tarte à la crème. Il a enfin expliqué avoir été “surpris” de voir le Président s’approcher aussi proche de lui et n’avoir pas vraiment réfléchi à son geste : Quand j’ai vu son regard sympathique et menteur qui voulait faire de moi un électeur, j’étais rempli de dégoût […] J’ai agi instinctivement. L’acte est regrettable, mais je n’ai aucunement envisagé de le commettre”.

À LIRE AUSSI: Youssoupha : En visite à Clairefontaine, Emmanuel Macron évoque la polémique de l’hymne