2 des avocats d’R. Kelly ont demandé à se retirer de l’affaire fédérale de trafic sexuel dans laquelle est impliqué le chanteur…

Arrêté par la police pour 13 chefs d’inculpation, dont “détournement de mineurs”, “obstruction à la justice” et “possession d’images de pornographie infantile” en juillet 2019, R. Kelly croupit toujours en prison (malgré ses demandes de liberté conditionnelle, notamment depuis la crise sanitaire de Covid-19). Et, alors que son procès à New York doit commencer le 9 août, 2 de ses avocats lui ont fait faux bond. Steven Greenberg et Michael Leonard ont en effet déposé lundi 7 juin, des documents pour leur mise en retrait. “Les raisons de notre retrait sont importantes et il est impossible, selon nous, de continuer à représenter correctement M. Kelly dans les circonstances actuelles”. Toutefois, cette démission inopinée n’est pas due à l’artiste lui-même, ou son dossier, mais aux autres avocats qui le représentent également. “Nous avons refusé de plaider une affaire avec des avocats qui n’ont pas le niveau approprié d’expérience et de compétence parce que ce n’est pas dans l’intérêt du client”, ont-ils déclaré dans TMZ.

R Kelly

À LIRE AUSSI: R. Kelly : La date de son procès fixée au mois d’août !

R. Kelly au pied du mur

Selon Steven Greenberg et Michael Leonard, c’est avant tout à cause de l’égo de certains des représentants d’R. Kelly, qu’ils ont décidé de claquer la porte. “C’est une honte que les avocats ne puissent pas mettre de côté leur propre égo ou leur intérêt personnel et faire ou agir dans le meilleur intérêt du client”, ont-ils expliqué. En attendant son procès, l’interprète d’I Believe I Can Fly est placé en détention au Metropolitan Correctionnel Center de Chicago. Pour rappel, l’étau avait commencé à sérieusement se resserrer pour le chanteur lors de la sortie du documentaire Surviving R. Kelly, dans lequel des dizaines de femmes avaient pris la parole pour dénoncer ses comportements et ses déviances sexuelles. S’il avait nié en bloc les agissements qui lui étaient reprochés, pas sûr toutefois que la justice soit très clémente… A moins que les avocats qui lui restent le sortent de ce sacré pétrin !