Présent ce dimanche en conférence de presse, Kylian Mbappé a répondu franchement à une question sur sa relation dans le jeu avec Olivier Giroud.

La polémique impliquant Kylian Mbappé et Olivier Giroud est définitivement de l’histoire ancienne. Mardi dernier, à l’issue du match amical opposant la France à la Bulgarie qui avait vu les Bleus s’imposer 3 buts à 0, l’attaquant de Chelsea avait regretté devant la presse d’être parfois oublié par certains de ses coéquipiers, visant sans le citer son homologue parisien. Une sortie pas vraiment appréciée par ce dernier, qui avait même souhaité lui répondre rapidement devant les journalistes avant d’en être empêché par un Didier Deschamps évidemment désireux de maintenir une bonne ambiance dans son groupe. Fort heureusement, quelques jours après, les incompréhensions et autres tensions qui pouvaient exister apparaissent déjà comme étant de l’histoire ancienne.

À LIRE AUSSI: Equipe de France : Furieux après les propos de Giroud, Mbappé veut s’expliquer !

La réponse claire de Mbappé devant la presse

Présent ce dimanche face à la presse, Kylian Mbappé a ainsi affirmé avoir été légèrement affecté par les déclarations de son coéquipier, avec qui il s’est rapidement expliqué : On en a parlé. Et ça a fait beaucoup parler peut-être parce qu’il n’y avait pas beaucoup d’autres choses à dire, parce que sur le terrain, ça se passait bien. Tout le monde sait ce qu’il s’est passé, j’ai été un peu affecté. Mais il ne faut pas en faire toute une histoire. On est ici pour représenter l’équipe de France, c’est le plus important”. Interrogé par la suite au sujet de sa relation sportive avec Giroud, il a enfin évoqué la différence de profil entre Neymar ou Benzema et Giroud, d’où les différences dans son jeu : “Ce sont des joueurs complètement différents. On parle de Neymar qui touche 150 ballons par match, Benzema qui en touche 80 et Olivier beaucoup moins de par son profil. C’est sûr que je lui ferai moins de passes mais ça ne veut pas dire que je ne regarde pas Olivier. C’est juste que son profil est différent. Karim vient décrocher à 40 mètres pour toucher le ballon là où Olivier préfère rester dans la surface et être présent pour les derniers ballons. C’est un peu malsain parce qu’on essaye de dire des choses sans les dires”. Une façon d’enterrer une bonne fois pour toute cette affaire, à 2 jours de l’entrée en jeu de l’équipe de France face à l’Allemagne.