Alors qu’une vidéo qu’il a publié en 2018 a été tout récemment supprimée en raison d’un problème de droits d’auteur, Squeezie ne pourra pas publier de vidéos pendant 1 semaine.

Youtubeur français le plus populaire avec ses 15,9 millions d’abonnés et ses 8,4 milliards de vues en 1 400 vidéos, Squeezie n’a pas pour autant le droit à un traitement de faveur. Auteur en 2018 d’une vidéo traitant de certaines théories complotistes, dont celle des platistes – qui pensent que la Terre est plate -, le vidéaste s’est rendu coupable d’infraction aux règles concernant les droits d’auteur en vigueur sur la plateforme. Une procédure qui a mis plus de 2 ans à être traitée et a finalement abouti à la suppression de cette vidéo, qui totalisait plus de 9 millions de vues. Surtout, cette mesure est également accompagnée d’une interdiction de publier de nouvelles vidéos pendant 1 semaine, non sans un brin d’ironie : “Une vidéo de 2018 qui prend un strike, interdit d’upload pendant 7 jours. Désolé de vous avoir déçu, je ne recommencerai plus, je suis en pleine remise en question”. En cas de récidive, il risque une sanction de 2 semaines de suspension, et même un bannissement définitif en cas de nouvelles récidives. Que ses fans se rassurent, il pourra toujours poster du contenu sur sa chaîne secondaire, mais aussi sur Twitch, où il est très actif.

squeezie YT

À LIRE AUSSI: Squeezie estime que sa nomination aux NRJ Music Awards est un “hold-up” !

Des règles strictes

Pour YouTube, la lutte contre les violations de droits d’auteur est une priorité. En avril 2021, selon la plateforme de vidéos en streaming, plus de 83 millions de vidéos et 7 milliards de commentaires ont été retirés pour des problèmes inhérents – entre autres – aux droits d’auteur, aux contenus violents, ou racistes. Le site détenue par Google avait, à ce sujet, lancé en mars 2021, la fonction YouTube Checks, qui permet de détecter les atteintes à ces droits avant la publication de la vidéo. Ainsi, cette fonctionnalité est l’ultime rempart contre les erreurs avant la mise en ligne d’une vidéo. Elle permet, en 4 minutes, de vérifier si le contenu, prêt à être diffusé, respecte les règles mises en place par YT, et donc ces fameux droits d’auteur. Au cas où un utilisateur de la plateforme serait en faute, la monétisation de la vidéo concernée serait automatiquement désactivée, et des directives lui seraient alors transmises afin de porter à sa connaissance les démarches à suivre dans le but de relancer la monétisation.