Jay-Z a porté plainte contre l’homme qui a photographié la couverture de son 1er album Reasonable Doubt. Il l’accuse de tirer profit de son image, et ce sans son consentement…

Jay-Z a assigné le célèbre photographe Jonathan Mannion (50 ans) et sa société, Jonathan Mannion Photography LLC en justice. La cause de cette plainte : Hova estime que le photographe exploite de manière illégale son nom et son image. TMZ a récupéré quelques-uns des documents affiliés à la plainte. Dans ces derniers, le rappeur de 51 ans explique qu’il n’a jamais donné quelconque permission à Mannion de vendre ses photos, dont certaines atteignent plusieurs milliers de dollars sur son site internet. Jay aurait déjà essayé de régler cette histoire à l’amiable en demandant au photographe d’arrêter de vendre ces fameux clichés, qu’il a pris lors du shooting de la couverture de son 1er album, Reasonable Doubt, en 1996. D’après le mari de Beyoncé, Mannion a pris une centaine de photos pendant le tournage et avait été “généreusement” rémunéré pour cette mission à l’époque. Rappelons que Jonathan Mannion s’est rendu célèbre dans le rap game en photographiant dès la fin des années 80 toute la scène hip-hop américaine (Jay Z certes mais aussi Dr. Dre, Aaliyah, Lauryn Hill, Outkast, Nas, DMX, The Game, Run-D.M.C, Nicki Minaj, Brandy Norwood et plus récemment Kendrick Lamar…). Il a également réalisé de nombreuses covers d’album, des clips et campagnes publicitaires comme celle de Beats by Dre… En France, il a travaillé avec NTM (Suprême NTM) ou Oxmo Puccino (sur l’album L’amour est mort).

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jonathan Mannion (@jonathanmannion)

À LIRE AUSSI: Jay Z et Beyoncé s’offrent une Rolls-Royce à 28 millions de dollars [Photos]

Jay-Z ne lâchera pas l’affaire

Jay-Z s’est toujours battu pour garder un contrôle strict de son nom et son image, raison pour laquelle il exige que le photographe cesse de tirer profit de sa personne. L’interprète de Blueprint déclare d’ailleurs dans sa plainte qu’il est “ironique qu’un photographe traite l’image d’un adolescent noir autrefois inconnu, qui connaît aujourd’hui un succès fulgurant, comme un bien qu’il ne cesse de presser pour obtenir le plus de dollars possible.En plus de l’arrêt de la vente de photos, Shawn Corey Carter réclame aussi que tous les bénéfices tirés grâce à ses clichés lui reviennent. Véritable biznessman, le natif de New York a toujours sur s’entourer des meilleurs avocats. Il y a donc fort à parier qu’il ne reparte pas bredouille de cette affaire…