Def Jam a payé l’intégralité des funérailles de DMX, qui ont eu lieu le 24 avril au Barclays Center de Brooklyn…

Ce fut l’un des drames qui a touché le monde du hip-hop US en ce début d’année 2021. Le 9 avril, DMX succombait d’une overdose suivie d’une crise cardiaque à White Plains, dans l’Etat de New York. Suite au décès, la famille du défunt avait organisé ses funérailles, qui se déroulèrent le 24 avril au Barclays Center de Brooklyn, en petit comité. Pandémie mondiale oblige, seuls la famille et les proches de l’artiste furent conviés à participer à ce dernier au revoir, bien que la cérémonie ait été diffusée sur Internet pour permettre aux fans d’y assister également. La note de l’enterrement s’est élevée à 35 228,13 dollars au total. Une somme qu’a décidé de payer en intégralité son label historique, Def Jam.

funerailles DMX

À LIRE AUSSI: DMX : découvre les chiffres de ventes de son album posthume, Exodus

Plus qu’un label pour DMX

Le label qui a accompagné DMX pendant la majeure partie de sa carrière n’a pas seulement perdu l’un de ses artistes, mais aussi un membre de sa famille, comme en témoignait le communiqué rédigé peu après sa mort : “Def Jam Recordings et la famille Def Jam sont profondément attristés par la perte de notre frère Earl ‘DMX’ Simmons. DMX était un artiste brillant et une inspiration pour des millions de personnes dans le monde”. C’est d’ailleurs en grande partie pour les valeurs qu’il véhiculait et les ondes positives qu’il transmettait que Def Jam souhaite que l’on se souvienne de lui : “Son message de victoire sur la lutte, sa recherche de la lumière dans l’obscurité, sa quête de la vérité et de la grâce nous ont rapprochés de notre propre humanité. Nos pensées et nos prières vont à sa famille et à tous ceux qui l’ont aimé et ont été touchés par sa personne. DMX n’était rien de moins qu’un géant. Sa légende vivra à jamais.” Si l’interprète de Where The Hood At n’est plus, son âme continuera de survoler le commun des mortels par sa musique, des projets posthumes pourraient encore voir le jour, et peut-être par celle de sa fille, qui a déjà enregistré une vingtaine de morceaux à 8 ans seulement