Rihanna et A$AP Rocky ont été refoulés à l’entrée d’un club new-yorkais ce mercredi 23 juin car la chanteuse n’avait pas ses papiers d’identité…

Une situation improbable s’est produite aux Etats-Unis dans la nuit du 23 juin. Mais vraiment ! L’un des couples les plus influents du pays s’est vu refuser l’entrée d’une boîte de nuit sélecte de New York, le Barcade. Les 2 amoureux, ce sont A$AP Rocky et Rihanna ! Quelques minutes avant, ils furent littéralement assaillis par les paparazzi et les fans présents sur place, mais au moment de rentrer dans le club, le videur ne les aurait pas reconnus. Ils leur auraient alors refusé l’accès car la chanteuse de 33 ans n’avait pas sa carte d’identité sur elle. Malgré l’opposition du personnel de sécurité, les stars n’ont pas perdu leur sang froid, comme le montrent une vidéo où l’on aperçoit A$AP parler au videur, sous le regard amusé de sa compagne.

À LIRE AUSSI: Rihanna : une photo d’elle au naturel choque les internautes !

Une entrée finalement acceptée

Malgré ce bref contretemps, qui n’a pas manqué de faire les choux gras de la presse outre-Atlantique, le couple est finalement bien rentré et se serait éclaté durant une bonne partie de la nuit. Rayonnante, Rihanna était vêtue d’une robe Dior rose et d’un chapeau assorti. Un client présent dans le club a d’ailleurs raconté que le couple leur avait offert des shooters et qu’A$AP n’avait pas manqué de le complimenter sur sa tenue. Certaines personnalités auraient perdues leur patience et quitté la boîte en affichant leur mécontentement face à cet affront. Pourtant, de leur coté, Badgalriri et Lord Flacko ont préféré tempérer et rire de cette situation pour le moins impromptue. De nombreuses photos les ont d’ailleurs montrés tout sourire au sortir du club. Une réaction symbolique de la sérénité et la bienveillance qui règne dans leur relation, eux qui partagent le parfait crush depuis la fin de l’année 2020 désormais. Très amoureux, le New-Yorkais a même dit de sa douce qu’elle était “l’amour de sa vie dans les colonnes de GQ. C’est tout le mal qu’on lui souhaite…