L’Italie a remporté ce dimanche soir l’Euro 2021 face à l’Angleterre au terme d’une séance de tirs aux buts irrespirables. L’Italie revient ainsi au sommet de l’Europe, 53 ans après son dernier sacre dans une Coupe d’Europe.

Les yeux des amateurs de football étaient rivés vers Londres, et tout particulièrement en direction du mythique stade de Wembley, qui accueillait ce dimanche soir la finale de l’Euro 2021 opposant l’Angleterre, privée de trophée depuis le Mondial 1966, et l’Italie, qui attend un sacre européen depuis 1968. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne fallait pas être en retard pour le coup d’envoi. Dès la 2ème minute de jeu, à la suite d’un corner italien, les Anglais, tombeurs du Danemark au tour précédent, vont remonter rapidement le ballon jusqu’à ce qu’il arrive dans les pieds du latéral droit Kieran Trippier. Celui-ci va adresser un long centre au 2ème poteau, où se trouvait seul son pendant à gauche, Luke Shaw. Sans réfléchir, le latéral de Manchester United va reprendre le ballon d’une superbe volée qui va tromper Gianluigi Donnarumma (1-0, 2′), inscrivant au passage le but le plus rapide de l’histoire d’une finale d’un Euro. Une ouverture du score qui va faire basculer dans la folie le public de Wembley mais qui va surtout poser les bases d’un match très animé.

Bonucci, héros de l’Italie

Malgré ce rythme très élevé, Anglais et Italiens vont parvenir à se neutraliser jusqu’à la pause, et ce malgré plusieurs tentatives, dont une très belle frappe de Federico Chiesa qui va passer tout proche du but de Jordan Pickford à la 35ème minute. Au retour des vestiaires, les 2 équipes vont apparaître avec les mêmes intentions, mais l’Italie va tout de même nettement prendre le dessus, aussi bien au niveau de la possession du ballon que des occasions. Des efforts qui vont finalement être logiquement récompensés par l’égalisation de la Squadra Azzurra par l’intermédiaire de Leonardo Bonucci, à l’affut après un cafouillage suite à un corner (1-1, 67′). Contrairement à l’ouverture du score, ce but va clairement calmer les débats et les 2 équipes vont petit à petit reculer – craignant évidemment de prendre un but décisif – jusqu’aux prolongations. Là encore, c’est la méfiance qui va primer pendant les 30 minutes supplémentaires, malgré quelques frayeurs des 2 côtés. Et c’est donc finalement aux tirs aux buts que la décision se fera…

L’Italie refroidit Wembley

Tandis que de chaque côté, les 1ers tireurs, Domenico Berardi et Harry Kane, vont inscrire leur pénalty, l’attaquant italien Andrea Belotti va lui rater sa tentative, donnant ainsi l’avantage aux Anglais, d’autant qu’Harry Maguire va imiter son coéquipier quelques secondes après. Mais les Italiens vont revenir dans le match après la réussite de Leonardo Bonucci puis l’échec de Marcus Rashford, entré en jeu quelques secondes avant la fin de la prolongation. D’autant qu’après le tir au but transformé de Federico Bernadeschi, Jadon Sancho, rentré en même temps que Rashford, va lui aussi manquer son tir. Néanmoins, alors qu’il avait entre ses pieds une balle de match, le milieu transalpin de Chelsea Jorginho, grand spécialiste de l’exercice, va voir sa frappe repoussée par Jordan Pickford. Mais tout de suite après lui, l’ailier d’Arsenal Bukayo Saka, âgé de seulement 19 ans, va alors avoir la lourde tâche d’égaliser, une tentative sortie par le nouveau gardien du PSG, Gianluigi Donnarumma, qui offre par la même occasion la victoire à son pays. 53 ans après son dernier sacre dans une Coupe d’Europe, c’est donc l’Italie qui remporte cette compétition devant un public anglais plongé dans un état de tristesse profond. A Rome et partout de l’autre côté des Alpes, l’ambiance était bien évidemment totalement différente…