Un journaliste irlandais s’est dit gêné après la projection du film Bac Nord au Festival de Cannes, qui d’après lui jouerait le jeu de l’extrême droite…

Initialement prévu pour le mois de décembre 2020, le film Bac Nord a finalement été reporté au 18 août 2021 en raison des conditions sanitaires. Réalisé par Cédric Jimenez (La French (2014) ou encore HHhH (2017)), l’œuvre plonge le spectateur au cœur des quartiers nord de Marseille, où la Bac Nord tente d’intervenir face aux trafics de stupéfiants en hausse. Ce long-métrage dans laquelle on retrouve Gilles Lellouche, François Civil, Adèle Exarchpoulos, Karim Leklou mais aussi Kofs, est d’ailleurs tiré d’une histoire vraie datant de 2012 lors de laquelle plusieurs membres d’une équipe de flics ripoux furent condamnés à du sursis… Très impactant par ses scènes en caméra embarquée et la violence de ses plans, le film, qui a été présenté à Cannes (hors compétition) ce lundi 12 juillet, a été plébiscité par une majeure partie des festivaliers. Si le jury l’a également apprécié, un journaliste irlandais a toutefois trouvé que ce dernier faisait les affaires de l’extrême droite… Explications !

Bac Nord – La bande -annonce :

À LIRE AUSSI: JoeyStarr en interview : Suprêmes le film sur NTM, Kool Shen, la série Remplaçant, ses projets…

Un mauvais timing

D’après ce journaliste qui s’est exprimé le mardi 13 juillet lors de la conférence de presse, le film dont les acteurs principaux sont Gilles Lellouche, François Civil, Adèle Exarchpoulos, Karim Leklou mais aussi Kofs, présente une version caricaturale des quartiers, qui pourraient grandement inciter des spectateurs non avertis à voter Le Pen ! “On est dans une année d’élection. Moi, j’ai vu ça avec l’œil d’un étranger et je me dis : peut-être que je vais voter Le Pen après ça”, a t-il déclaré, entraînant quelques rires gênés de la part de l’équipe du film. Il a toutefois tenu à continuer son propos : “C’est une vision qu’on a toujours dans les médias français : les zones où on ne peut pas passer, les zones hors de la civilisation, les zones où il faut réimposer la loi française. Le film est super, mais il y a un problème, là. On est dans une année d’élection. Et j’étais gêné. Vraiment gêné. Et je n’étais pas le seul.

Aucune incitation à voter RN

Cédric Jimenez, originaire de Marseille, a tenu à répondre à ces propos qui mettent en porte-à-faux le film, expliquant que son intention était tout autre. J’espère que Marine Le Pen ne va pas passer grâce à moi, ça m’emmerderait. Au contraire, j’ai essayé avec le film de raconter effectivement des zones qui ont de grandes difficultés. Qui peuvent paraître véritablement hostiles. Mais je ne pense pas qu’il faut régler ça avec un vote radical comme Marine Le Pen, pas du tout.” Le réalisateur en a profité pour rappeler le manque de moyens dont souffrent la police et les associations dans les quartiers : “le manque de moyen crée la colère. Alors évidemment les policiers ont affaire à des dealers, à des délinquants et pas à l’ensemble de la population des quartiers Nord. C’est un point de vue, c’est un angle. Mais je ne pense pas que le film soit là pour dénoncer les zones de non droit et pour attiser la colère, au contraire”. En espérant que ce coup de gueule ne fera pas mauvaise pub au film, à quelques semaines seulement de sa sortie en salles ?