Quelques jours après Richard Branson, Jeff Bezos s’est envolé sans encombre pour un voyage de 11 minutes dans l’espace. Un 1er vol habité qui s’est parfaitement bien passé et marque évidemment un grand pas pour sa société Blue Origin, fondée en 2000.

C’était évidemment un moment très attendu. Ce 20 juillet, à 8 heures du matin aux Etats-Unis (15 heures en France), Jeff Bezos, son frère Mark ainsi que les astronautes Oliver Daemen et Wally Funk se sont envolés depuis le Texas vers l’espace à bord d’une capsule installée sur la fusée New Shepard. Un vol de 11 minutes suivi par de nombreuses télévisions du monde entier qui avait un sens tout particulier pour le fondateur d’Amazon, puisqu’il s’agissait du 1er vol habité de sa société Blue Origin, qu’il a fondé en 2000. Et comme Richard Branson il y a 9 jours de cela, tout s’est bien passé pour l’homme le plus riche du monde et son équipage, qui n’ont eu aucune difficulté durant ce voyage bref mais sans doute extrêmement intense qui les a vu s’envoler jusqu’à 106 km d’altitude. A l’issue d’un atterrissage quelque peu brutal, tous les participants à cette incroyable expédition ont pu confirmer leur bonne santé, à commencer par un Jeff Bezos qui a déclaré qu’il s’agissait tout simplement du “plus beau jour de sa vie”.

Le tourisme spatial, un secteur en voie de démocratisation ?

Forcément, ce vol, qui arrive après des années d’un travail acharné et de tests concluants, devrait donner de nombreuses idées à Jeff Bezos et Blue Origin, qui pourraient vouloir développer le domaine du tourisme spatial. Malgré tout, l’entreprise reste très discrète quant à ses ambitions et ses plans futurs, et l’on sait seulement, par la voix de l’une de ses représentantes, que 2 nouveaux vols devraient être programmés avant la fin de l’année. Du côté de Virgin Galactic, l’entreprise de Richard Branson, l’ambition est nettement plus claire puisqu’elle a obtenu en juin l’autorisation des autorités américaines afin de réaliser des vols de passagers vers l’espace. Pour l’heure, 600 clients seraient disposés à dépenser les 200 000 dollars réclamés pour un petit tour à un peu plus de 100 kilomètres de la terre. A terme, Virgin Galactic espère pouvoir effectuer 400 vols par an – à raison de 4 ou 5 voyageurs par vol – par “port spatial” où elle serait installée.

À LIRE AUSSI: Jeff Bezos, PDG d’Amazon, partira dans l’espace à bord de son propre vaisseau