Lâché par de nombreuses marques de luxe, le chanteur, acteur et mannequin Kris Wu est accusé de viol par une étudiante qui a témoigné ce dimanche 18 juillet…

Considéré comme l’une des plus grandes stars de l’Empire du Milieu, le Canadien Kris Wu fait face à une tempête médiatique dantesque, et pour cause : il est accusé d’abus sexuels. D’après les informations dévoilées par The Hollywood Reporter, la 1ère victime à s’être manifestée est Du Meizhu, une jeune femme de 19 ans qui affirme que l’acteur et rappeur sino-canadien l’a forcé à avoir des rapports sexuels avec lui lorsqu’elle avait 17 ans. Il lui aurait promis qu’en échange, il la pistonnerait dans l’industrie du divertissement. Elle confie en outre qu’il l’aurait droguée, qu’elle aurait perdu connaissance, moment opportun qu’aurait alors choisi l’artiste de 30 ans pour avoir des relations avec elle. Du Meizhu a d’ailleurs déclaré qu’elle connaissait au moins 8 autres victimes avec qui l’ancien membre du boys band sud-coréano-chinois EXO aurait eu les mêmes manières de procéder. Cette dernière l’avait prié de présenter ses excuses et de quitter l’industrie sous 24 heures. Chose que Kris Wu n’a pas faite, mais qui a répondu à ses accusations dans la foulée…

Kris Wu

À LIRE AUSSI: Football : un joueur d’Everton arrêté pour des abus sexuels sur des enfants

Kris Wu lâché par plusieurs marques

Kris Wu est donc rapidement monté au front, niant tous les faits qui lui sont reprochés en bloc : “J’ai rencontré mademoiselle Du seulement une fois, lors d’une soirée entre amis. Il n’y a pas eu de viol par ruse et personne n’a fait prendre de drogue ou d’alcool à quiconque pour la violer!” Il a d’ailleurs expliqué vouloir porter plainte pour diffamation à son encontre. Une défense qui n’a pas convaincu les marques chinoises avec qui il travaillait, qui ont décidé de le lâcher. Idem pour les filiales internationales, comme Louis Vuitton, Bulgari, Porsche, Lancôme, L’Oréal et bien d’autres encore, qui ont toutes pris leur distance ou rompu leur contrat avec la star. Du Meizhu a ensuite précisé que Wu avait tenté d’acheter son silence en lui offrant 66 000 euros. Plus précisément, elle a expliqué vouloir être la dernière femme victime des machinations de l’acteur, raison pour laquelle elle a restitué les sous, et ce avant de porter l’affaire devant les tribunaux…