Un freestyle jusqu’alors inconnu de Nas, intitulé Real N*gga et dans lequel il s’en prend à 2Pac Shakur, vient de refaire surface.

Dans le milieu des années 90, 2Pac, fort de sa réputation de superstar du rap américain, s’était trouvé le parfait rival en la personne de Nas, qui n’était à cette époque qu’un jeune rappeur émergent de la East Coast. Un clash qui a pris une tout autre tournure après la sortie, le 2 juillet 1996, du désormais légendaire album de Nas, It Was Written. A cette époque, Shakur avait eu l’impression que le rappeur de Queensbridge à New York l’avait attaqué sur le mythique morceau The Message. Un son qui avait entraîné une réponse de Pac, sur l’intemporel titre Against all Odds : “Ce petit gars appelé Nas pense qu’il vit comme moi / Il parle d’avoir quitté l’hôpital, de s’en être pris 5 (balles) comme moi / Tu vis dans des fantaisies renoi, je rejette ta caution”.

À LIRE AUSSI: Jada Pinkett Smith partage un poème inédit de 2Pac, Twitter se moque de Will [Vidéo]

Nas avait préparé une réponse, mais ne l’a jamais publié

Et même si après cet épisode, les 2 rappeurs ont pu se croiser à New York – juste avant la mort de 2Pac – afin de mettre toutes leurs histoires au clair, Nas avait tout de même enregistré un morceau en réponse à celui de l’ancien artiste de Death Row Records. Un freestyle nommé Real N*gga, qui n’a donc jamais été publié et est donc ressorti il y a quelques jours, plus de 25 ans après leur conflit, dans lequel Nas n’hésite pas à nommer directement le rappeur de Compton : “On est parti des chaussettes longues et des Timbaland pour arriver aux pierres précieuses bleues et aux benz / Et qui se rappelle du genre de gars que 2Pac prétend être ? / A tous les n*gros qui brillent, devinez qui a eu sa revanche / Je ne vais pas me la raconter, mes flow vous étouffent, et si ce n’est pas le cas, le fo-fo (le 44.Magnum, Ndlr) le fera”. Nas n’avait donc pas hésité à s’affirmer et à confronter directement Pac. Un morceau qui, sans la mort de 2Pac, aurait pu donner une toute autre proportion à ce beef, en plein apogée du gangsta rap…