Mohamed Henni s’est moqué de la défaite du Paris-Saint-Germain face au LOSC lors du Trophée des Champions.

Ce dimanche 1er août, le champion de France en titre, Lille, affrontait le dernier vainqueur de la Coupe de France, le Paris-Saint-Germain. Et pour sa 1ère sur le banc du LOSC, le nouvel entraîneur Jocelyn Gouvernnec a fait forte impression, en voyant son équipe s’imposer face au club de la Capitale. Une victoire obtenue sur la plus petite des marges grâce à une splendide réalisation du milieu portugais Xeka. Cette défaite du PSG a bien évidemment ravi les supporters marseillais, et plus particulièrement le plus célèbre de ses fans : Mohamed Henni. L’influenceur n’a pas manqué de s’exprimer à ce propos après la rencontre, constatant avec amusement que leur recrutement XXL n’a pas porté ses fruits. “Hakimi, Wijnaldum, Ramos, Iron Man, Teddy Riner, Tony Parker, Ronaldinho, 2Pac… Ils ont même ressuscité Michael Jackson pour jouer au PSG. Tout ça pour ça ?” a-t-il déclaré, outré.

À LIRE AUSSI: L’Algérie encore absente de FIFA 22, Mohamed Henni est furieux [Vidéo]

Momo comprend la décision de Mbappé

Pour Mohamed Henni, la décision de Kylian Mbappé de ne pas prolonger son contrat avec le club francilien est tout à fait compréhensible : “Et vous croyez que Mbappé il va rester avec vous ? Bande de nul, wallah aucun projet au Paris-Saint-Germain. Le Pas de Projet Saint-Germain !”. Il décide ensuite d’ironiser à nouveau sur le mercato du PSG, alors qu’il sirote une boisson au volant de sa voiture : “Oh les Parisiens, vous allez acheter qui demain ? Les Avengers ? Captain America, les Powers Rangers ? Vous avez acheté tout le monde”. Momo critique également la direction du club, qui se plaît à changer d’entraîneur au moindre passage à vide : “Palmarès du PSG : on change d’entraîneur tous les 2 jours. Les Parisiens, c’est pas l’entraîneur qu’il faut changer, c’est les mentalités, wallah vous avez pas envie sur le terrain”. Pas sûr que les conseils du supporter de l’OM impactent grandement les joueurs du Parc des Princes, mais… sait-on jamais !