Alors qu’il n’avait que 12 ans, Lil Wayne s’est volontairement tiré une balle dans la poitrine. Un souvenir qu’il s’est remémoré durant une nouvelle interview.

Il y a quelques jours, Lil Wayne prenait la parole sur l’impact qu’avait eu son soutien à l’égard de Donald Trump durant la campagne présidentielle américaine, ainsi que sur les retombées médiatiques qu’ont eu les propos homophobes de DaBaby sur la scène du Rolling Loud. Dans une nouvelle interview accordée à Emmanuel Acho ce lundi 16 août, il est cette fois revenu sur ses problèmes de santé mentale, et plus précisément sur sa 1ère tentative de suicide. Un acte qui s’était produit alors que Dwayne Michael Carter Jr. – de son vrai nom – n’était âgé que de 12 ans, et ce alors qu’il faisait face à une passe difficile avec sa mère. Juste avant de commettre l’irréparable, il précise toutefois avoir appelé la police pour leur expliquer ce qu’il s’apprêtait à faire : “Je savais où [ma mère] avait mis son arme, c’était dans sa chambre. Alors je suis allé dans sa chambre, j’ai pris l’arme. J’avais déjà passé le coup de fil, regardé dans le miroir”.

À LIRE AUSSI: Lil Wayne parle de son soutien à Trump et du boycott de DaBaby

Une mort évitée de peu

Lil Wayne a ensuite confié à Emmanuel Acho avoir pointé l’arme sur sa tête, n’ayant toutefois pas eu le “courage” d’appuyer sur la gâchette. “Puis j’ai dit, ‘m*rde, j’y vais !’”, en pointant le pistolet vers sa poitrine et en pressant sur la détente. Résultat, son torse était totalement transpercé : Biggie était à l’écran. Je regardais dans le miroir, et la télévision était derrière moi. Il y avait One More Chance. Il explique ensuite la manière dont il a géré cela : “J’ai commencé à penser que je devais me mettre en colère et j’ai remarqué que ce n’était pas nécessaire. C’est ce qui m’a fait peur. C’est en appuyant sur la gâchette que j’ai su que j’avais un problème de santé mentale.L’interprète de Mrs. Officer déclare n’avoir “rien senti” après s’être tiré dessus, hormis un choc émotionnel. Après s’être évanoui, Weezy s’est rapidement réveillé en entendant la police frapper à la porte. Le rappeur a alors rampé jusqu’à l’entrée. Si plusieurs agents de force de l’ordre ont enjambé le corps du petit garçon de l’époque, à la recherche de drogues et d’armes dans l’appartement, un policier nommé “Oncle Bob” l’a porté et emmené avec d’autres officiers en direction de l’hôpital le plus proche. Wayne finit l’interview en expliquant à son interlocuteur que c’est Dieu qui l’a gardé en vie ce jour-là…