2 personnes ont été gravement blessées à Stains après avoir été ciblé par des tirs de policiers. Forcément, la colère monte sur les réseaux sociaux.

C’est une scène d’une violence terrible, et qui ressemblerait presque à s’y méprendre à un règlement de compte, qui s’est produite cette nuit à Stains. Sur Twitter, le média L’écho des Banlieues a mis en ligne ce lundi 16 août au matin une vidéo capturée au cours de la nuit dans la ville de Seine-Saint-Denis. Si le contexte de base n’est pas réellement connu, on peut voir une équipe de policiers en civils – probablement membres de la BAC – procéder à un contrôle sur un véhicule. Les choses semblent toutefois très tendus puisque immédiatement, on voit un policier tenter d’attraper le chauffeur en s’accrochant même à la fenêtre du véhicule. Toutefois, ce dernier va brièvement accélérer, éjectant le policier, avant de s’arrêter quasi-immédiatement. C’est alors que d’une façon incompréhensible, les policiers vont sortir leurs armes et ouvrir le feu, tirant une dizaine de balles à l’intérieur de l’habitacle. Une scène qui n’est pas sans rappeler celles filmées aux Etats-Unis et qui a déjà été largement relayée par les internautes.

2 blessés graves, L’IGPN saisie

Et alors que nous avions peu d’informations, BFM TV a dévoilé certains éléments de cette affaire. Le média affirme d’abord que le policier s’était accroché au conducteur après que ce dernier, qui avait coupé le contact pour un contrôle de routine, ait ensuite redémarré son véhicule en marche arrière, percutant un autre policier présent sur les lieux. On apprend également que le conducteur n’était pas seul puisqu’une femme se trouvait à ses côtés, installée sur le siège passager. Si 2 policiers sont légèrement blessés, l’un à la cheville, l’autre à la main et au genou, les 2 personnes présentes dans la voitures ont elles été transportées à l’hôpital dans un état grave, leur pronostic vital étant engagé. Contrairement à ce qu’annonçait L’écho des Banlieues, le décès du conducteur n’aurait donc pas été prononcé. La Sous-direction de la Police Judiciaire du 93 et l’IGPN ont immédiatement été saisis de l’enquête, mais cette affaire risque de faire fort logiquement beaucoup de bruits dans les jours à venir…