OnlyFans a annoncé son souhait de bannir, dès le mois d’octobre, tous les contenus à caractère sexuellement explicites de la plateforme.

Voilà qui risque d’impacter très fortement de nombreux créateurs de contenus présents sur OnlyFans. La plateforme britannique, qui propose à des internautes de proposer contre un abonnement mensuel le contenu de leurs choix, a bien l’intention de resserrer la vis. Il faut dire que sa popularisation a entraîné l’arrivée de nombreux hommes et femmes proposant des contenus sexuels voir même carrément pornographiques. C’est d’ailleurs par ce terme que la plateforme est souvent définie, ce qui a visiblement définitivement agacé les propriétaires de celle-ci. Par un communiqué publié ce jeudi 19 août, ils ont ainsi annoncé vouloir bannir, dès le mois d’octobre, tous les contenus à caractère sexuellement explicites : Afin d’assurer notre fonctionnement dans la durée et de continuer à héberger une communauté inclusive de créateurs et de fans, nous devons faire évoluer nos règlements. Ces changements sont nécessaires pour nous conformer aux requêtes de nos partenaires financiers et services de paiement en ligne”. Malgré tout, le flou règne encore puisque la nudité, si elle se conforme aux règles, sera tout de même autorisée.

À LIRE AUSSI: Tyga lance une société pour manager les stars sur OnlyFans

Quel impact pour l’avenir ?

Forcément, cette mesure, bien qu’encore peu compréhensible, risque d’avoir un fort impact sur le nombre d’utilisateurs présents sur OnlyFans. Popularisée lors de la crise sanitaire et des différents confinements, la plateforme compte aujourd’hui près de 130 millions d’utilisateurs. Grâce aux abonnements, ce sont près de 5 milliards de dollars qui ont été redistribués aux différents créateurs de contenus. Parmi ces derniers, plusieurs célébrités, de Cardi B à Blac Chyna en passant par Bella Thorne, Bhad Bhabie ou Tyga. Ces 2 derniers, qui n’hésitent pas à se mettre à nu sur leur compte respectif, ont d’ailleurs été tous les 2 victimes de leak de photos et de vidéos qui s’étaient retrouvés sur les réseaux sociaux.